Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 3 mai 2021
La méditation « pleine conscience » à l’école améliore l’attention

Beaucoup de nos jeunes ont de la difficulté à se concentrer sur une tâche pour la mener à bien. Quand on sait que la seule présence de votre téléphone cellulaire près de vous peut affecter vous capacités cognitives, on a là peut-être un indice sur ce qui peut contribuer à ce manque d’attention. Mais le cerveau humain, en particulier celui des jeunes, est très plastique. Et une étude publiée en septembre dernier dans la revue Human Brain Mapping semble le prouver une fois de plus en montrant qu’un entraînement de 8 semaines à la méditation « pleine conscience » (« mindfulness », en anglais) améliore les capacités d’attention et de contrôle cognitif en général des jeunes de sixième année.

L’étude menée par Clemens C. C. Bauer partait du constat que deux grands réseaux cérébraux pourraient être impliqués dans l’affaire. D’abord le réseau central du contrôle exécutif, ou « central executive network » (CEN) en anglais (aussi appelé frontoparietal network), dont l’activité augmente lors d’une tâche qui demande une attention soutenue. Et le réseau du mode par défaut, ou « default mode network » (DMN), dont l’activité augmente plutôt quand on se laisse aller à nos pensées ou qu’on est dans la lune. D’où leur hypothèse qu’une corrélation négative marquée entre les deux serait favorable à l’attention soutenue.

Pour tester cette hypothèse, ils ont pris 31 élèves de 11 ans qu’ils ont assignés au hasard soit à un cours de 8 semaines en méditation pleine conscience, soit à un cours de 8 semaines en programmation informatique, ce qui constituait le groupe contrôle. Avant et après leur cours, les enfants passaient un test permettant d’évaluer leur niveau d’attention ainsi qu’un scan permettant d’observer le niveau d’activation dans les deux réseaux cérébraux précédemment cités.

Les résultats montrent qu’après les 8 semaines de cours, les enfants qui ont fait de la méditation ont eu de meilleurs résultats au test d’attention que le groupe contrôle, alors qu’il n’y avait pas de différences entre les deux groupes avant les 8 semaines de cours.

On a aussi comparé, pour chaque élève après les 8 semaines de cours, les résultats obtenus au test d’attention avec leur scan. Ceux qui avait démontré plus de précision dans le test avaient une plus forte corrélation négative entre le CEN et le DMN. De plus, ce qui venait confirmer l’hypothèse de départ, cette corrélation négative entre les niveaux d’activation des deux réseaux cérébraux était globalement plus importante dans le groupe de méditation que dans le groupe contrôle.

Il est intéressant de noter aussi que d’autres études avaient déjà montré que chez les enfants plus jeunes, la corrélation entre le CEN et le DMN était plutôt positive. D’où l’idée que la maturation progressive de la relation entre ces deux réseaux cérébraux irait vers une corrélation de plus en plus négative associée à un meilleur contrôle cognitif.

Par ailleurs, ces résultats ne sont pas sans intérêt pour une autre raison : un meilleur contrôle cognitif réduit les comportements à risque chez l’adolescent ainsi que les troubles mentaux, la mortalité et les crimes, tout en étant associé au succès académique et professionnel.

J’avais déjà traité, dans un billet de ce blogue, d’une corrélation négative semblable entre le DMN et un réseau attentionnel proche du CEN. J’écrivais alors que dans la vie de tous les jours, il semble que nous soyons enclins soit à réagir un peu passivement à notre environnement en orientant notre discours intérieur vers ce qui est simplement le plus saillant dans cet environnement. Mais que nous avions aussi la possibilité de porter notre attention sur ce que nous jugeons plus important ou significatif pour nous. Et les études montraient alors déjà, en 2014, que certaines pratiques comme la méditation pouvaient infléchir la balance entre les deux modes vers une plus grande prise en charge par le mode attentionnel. Autrement dit, nous fournir les outils mentaux pour résister aux sollicitations constantes des médias sociaux ou aux bombardements publicitaires qui nous assaillent quotidiennement. Alors à quand des cours de méditation dans toutes les écoles pour contrer les effets néfastes des téléphones cellulaires sur l’attention ?

De la pensée au langage, Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


lundi, 26 avril 2021
L’exercice régulier amplifie la production d’anticorps après une vaccination

En écrivant mon billet de la semaine dernière sur les splendeurs et misères des publications scientifiques, j’ai découvert la revue Brain, Behavior, and Immunity. Dans le numéro courant, l’article Physical activity: A coadjuvant treatment to COVID-19 vaccination? a attiré mon attention. Car j’ai souvent parlé dans ce blogue des innombrables bienfaits de l’activité physique, au point d’écrire que c’est probablement ce qui se rapproche le plus de la mythique panacée ! Qu’en est-il de son influence sur la réponse immunitaire suite à un vaccin ? On sait que celle-ci peut varier selon les individus, ce qui va donc inévitablement influencer l’efficacité du vaccin et l’immunité de groupe que l’on cherche à obtenir avec. Dans l’article en question, Pedro L. Valenzuela et ses collègues montrent que l’exercice semble améliorer significativement la réponse immunitaire aux vaccins. Permettez-moi de n’être pas surpris… (suite…)

Le corps en mouvement | Pas de commentaires


lundi, 19 avril 2021
Splendeurs et misères des publications scientifiques

Ce joli titre du billet d’aujourd’hui, je l’ai piqué à un cours de l’UPop Montréal qui a été donné récemment par Julie Augustin, doctorante en Sciences Biologiques à l’Université de Montréal. Julie a fait un travail remarquable pour exposer, en deux séances d’une heure, les objectifs et le fonctionnement des publications académiques. Ceux-ci demeurent en effet opaques pour la majorité de la population. Mais en ces temps de pandémie où l’on se fait citer quasi quotidiennement des publications scientifiques, il est essentiel d’en comprendre les rouages pour évaluer ne serait-ce que les mesures sanitaires qui s’en réclament. Ou pire, celles qui en font fi. La deuxième partie de ce billet se penchera d’ailleurs comme la semaine dernière sur ce sujet. Le premier ministre François Legault ayant une fois de plus fait volte-face et assoupli ses règles concernant le port du masque à l’extérieur que j’avais critiqué la semaine dernière, je me dis que, qui sait, il est peut-être un fervent lecteur du blogue du Cerveau à tous les niveaux… 😉 (suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


lundi, 12 avril 2021
COVID-19 : on est où, après un an, collectivement ?

[ MISE À JOUR, 14/04/2020 : Le gouvernement Legault a une fois de plus fait volte-face et assouplit ses règles concernant le port du masque à l’extérieur ! ]

Il y a exactement un an, j’écrivais ceci dans ce blogue : « Il y a deux mois à peine, bien peu de gens, en tout cas au Québec, ne se souciaient de ce coronavirus qui sévissait très loin en Asie. Et puis, il y a un mois jour pour jour, le gouvernement annonçait la fermeture de toutes les écoles du Québec pour freiner la propagation de ce qu’on appelait maintenant la COVID-19. Depuis, tout a été fermé sauf les services essentiels à cause de ces très petits êtres qui bouleversent nos vies. Ce blogue tente depuis de faire sa part pour aider à traverser au mieux ces longues semaines de confinement en attirant par exemple l’attention sur les défis qu’elles posent pour notre santé mentale et en mettant des ressources en ligne sur le cerveau» (suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


mardi, 6 avril 2021
Biais cognitifs et colloques sur Francisco Varela

Suite au long congé de Pâques, j’ai peu de temps aujourd’hui pour écrire un billet, alors je me contenterai de relayer quelques articles et événements intéressants qu’on m’a envoyés récemment. Ils portent sur les biais cognitifs, l’esprit critique, et pourquoi celui-ci est si souvent compromis par les premiers. Je vous parlerai également de deux colloques virtuels sur Francisco Varela organisés pour souligner le 20e anniversaire de son départ prématuré en 2001. (suite…)

De la pensée au langage, Le corps en mouvement | Pas de commentaires