Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 21 septembre 2020
Deux illusions d’optique revisitées à la lumière du cerveau prédictif

Je suis retombé récemment sur la petite expérience qui permet de mettre en évidence notre point aveugle. À cet endroit de notre rétine dans notre globe oculaire, il n’y a pas de photorécepteurs parce que les axones des cellules ganglionnaires le traversent pour former le nerf optique. Par conséquent, il y a forcément un point de notre champ visuel qui ne s’imprime pas sur notre rétine et donc on ne devrait rien voir à cet endroit. Pourtant, on n’a pas l’impression d’être aveugle à aucun endroit de notre champ visuel. Comment cela se fait-il ? Retour sur cette illusion et sur une autre très familière à la lumière du « cerveau prédictif ».

L’approche du « cerveau prédictif » (« predictive processing », en anglais), est cette idée de plus en plus répandue en science cognitive depuis une dizaine d’années qui retourne la perspective classique d’un cerveau qui attend de recevoir des inputs pour les traiter et pour éventuellement produire des outputs. Cette conception passive du cerveau, héritée de la triste métaphore avec l’ordinateur, est remplacée par celle d’un organe proactif qui fait constamment des prédictions sur son environnement et ce qui risque de s’y passer, pour ainsi y agir de façon plus efficace.

Pour en revenir au phénomène du point aveugle, si on ne le remarque pas, ce n’est pas tant parce que notre cerveau nous rend « aveugle », justement, à la cécité qui nous affecte à cet endroit. Il semble que ce soit plutôt parce qu’il projette sur le point aveugle ce qui, selon son expérience du monde emmagasiné dans sa mémoire, a le plus de chance de se trouver à cet endroit. Et quand on regarde un point noir sur une feuille blanche et qu’il disparait lorsqu’il arrive vis-à-vis notre point aveugle, c’est que notre cerveau projette à cet endroit simplement la couleur blanche de la feuille, c’est-à-dire le background qui est présent dans les environs de ce point.

Pour faire le test du point aveugle, fermer l’oeil droit et fixer la croix avec l’oeil gauche. Avancez-vous ou reculez-vous de l’image jusqu’à ce que le point disparaisse ou que la ligne apparaisse comme continue.

Ainsi, la version avec la ligne interrompue de l’expérience du point aveugle (voir ci-dessus) relève de la pure magie sans cette compréhension de la nature prédictive de notre cerveau. Quand l’interruption de la ligne arrive exactement sur notre point aveugle, on perçoit tout à coup la ligne sans interruption aucune ! Ce n’est donc plus le background que notre cerveau projette à ce moment-là sur le point aveugle, mais bien un petit bout de ligne parce qu’entre les deux grands bouts de ligne c’est ce qui est le plus probable de se trouver là !

Il est facile de s’imaginer les avantages évolutifs d’une telle façon de fonctionner du cerveau. La plupart des signaux qui nous parviennent du monde ont un certain degré d’ambiguïté. Sans cette capacité de projection de notre cerveau sur le monde à partir de nos expériences passées, il nous faudrait attendre par exemple que la forme féline dans les hautes herbes devant nous en sorte pour reconnaître alors que c’est un tigre. Il serait alors sans doute trop tard pour fuir, et les animaux qui fonctionnaient comme ça n’ont pas laissé beaucoup de descendants…

Une autre illusion qui met en lumière ce caractère projectif de notre cerveau est l’illusion bien connue de la lune qu’on voit plus grosse lorsqu’elle est à l’horizon que bien haut dans le ciel. Alors que ce n’est pas du tout le cas, la photo en haut de ce billet, prise par le photographe Shay Stephens, nous en apportant une preuve parmi d’autres (une prise d’image toutes les 150 s sauf pour la dernière où le temps de pose a été augmenté pour prendre le panorama de la ville de Seattle, USA).

À cause des contraintes de temps évoquées la semaine dernière, je vous renvoie à l’encadré de cette page de mon site où j’avais évoqué en termes psychologiques une explication de cette illusion qui a fait couler beaucoup d’encre (voir par exemple ici pour différentes tentatives d’explication). J’écrivais donc en 2004 :

« Il semble donc que notre appareil visuel a été modelé par l’évolution à partir de cette réalité et que nous sommes dépourvus quand vient le temps d’interpréter un objet si éloigné comme la lune qui occupe la même surface rétinienne qu’elle soit près ou loin de l’horizon. Notre cerveau interprèterait donc la lune comme étant plus grosse parce qu’il se dit que si son image ne devient pas plus petite à l’horizon, c’est que cet objet doit être vraiment très gros. Et il nous la fait percevoir en conséquence… »

Le fait est qu’en relisant cet exemple d’explication que j’avais rédigé il y a plus de quinze ans (donc avant le changement de paradigme vers le cerveau prédictif), je me rends compte que la formulation était déjà celle d’un cerveau qui projette ses a priori sur le monde. On le voyait cependant sans doute à l’époque comme une curiosité ou un phénomène un peu marginal, alors que l’on pense de plus en plus aujourd’hui qu’il s’agirait, au contraire, de la manière de fonctionner « par défaut » de notre cerveau.

Les détecteurs sensoriels | Pas de commentaires


Lundi, 14 septembre 2020
La richesse diminue notre empathie, même au Monopoly !

Je voudrais vous parler aujourd’hui des travaux du psychologue social Paul Piff dont les thèmes de recherche tournent autour des hiérarchies sociales, des inégalités économiques, de l’altruisme et de la coopération. Je l’ai d’ailleurs découvert grâce à son intervention dans le documentaire « Le capital au XXIe siècle », inspiré du livre du même nom de l’économiste français Thomas Piketty. Piff y explique une expérience faite avec le jeu de Monopoly qui montre des changements de comportement troublants quand une personne gagne à répétition à cause de règles biaisées en sa faveur. En clair, quand elle acquière du pouvoir. Un sujet dont j’avais déjà traité dans ce blogue en parlant des travaux de Dacher Keltner sur la manière dont la richesse éloigne les riches de leur humanité. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les deux auteurs se rejoignent si bien puisque je découvre ce matin qu’ils ont publié de nombreux articles ensemble ! (Lire la suite…)

Que d'émotions! | Pas de commentaires


Mardi, 8 septembre 2020
La science : une entreprise collective aux racines lointaines

Je voudrais vous parler aujourd’hui de l’origine lointaine d’un aspect fondamental de l’entreprise scientifique : le fait qu’il s’agit d’une construction collective. Mais avant, permettez-moi de rappeler quelques caractéristiques de la science qui va nous permettre de mieux apprécier ses racines.

Les gens ont souvent une idée déformée de ce qu’est la science. Trop souvent, on associe un fait ou une loi scientifique à une certitude. Alors que ce ne sont, pour paraphraser le physicien Étienne Klein que j’écoutais à la radio hier, que des « petits bouts de réels » que l’on croit comprendre. Et cela, en fonction de relations qui nous semblent invariables entre certains phénomènes, ce qu’on va appeler des lois scientifiques. (Lire la suite…)

De la pensée au langage, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires