Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 13 mars 2017
Nous sommes le fruit de processus dynamiques à différentes échelles de temps

Je donnais la semaine dernière un cours à l’Université du troisième âge de Vaudreuil-Dorion sur la plasticité du système nerveux. Pour l’introduire, j’ai voulu situer la capacité de nos réseaux neuronaux à se réorganiser constamment durant toute notre vie dans une perspective plus large. J’ai voulu, en fait, rappeler que de tels processus dynamiques sont aussi présents à des échelles de temps bien différentes dans le monde animal. Cela a donné le petit tableau ci-dessous qu’il m’a semblé pertinent de présenter ici. J’en décrirai donc très brièvement les quatre cas de figure en insérant quelques hyperliens pour en savoir plus sur chaque niveau.

Le premier, en commençant par le bas dans les deux images de ce billet, est celui de la longue histoire évolutive qui a mené jusqu’à nous. C’est l’échelle de temps la plus longue qui se mesure en millions d’années. Durant ces temps très longs, la reproduction sexuée, accélératrice de diversité, a produit régulièrement des systèmes nerveux mutants ou différents. Certaines de ces variantes vont être viables dans certains environnements et vont ainsi permettre à leurs heureux détenteurs de laisser des descendants ayant ces mêmes systèmes nerveux capables de couplages viables avec cet environnement. (suite…)

Au coeur de la mémoire, Du simple au complexe | Comments Closed


lundi, 1 août 2016
Apprendre l’empathie

L’article ci-dessous est d’abord paru dans le magazine Versus N3 (http://versusmagazine.co/). Je les remercie de me permettre de le reproduire ici. 

* * *

L’empathie et les comportements altruistes ne sont plus à démontrer dans le monde animal. L’éléphant réconforte un congénère apeuré, en aide un autre coincé dans un trou ou dans la vase, adopte parfois de jeunes animaux orphelins, etc. Il adopte aussi, tout comme les chimpanzés et les bonobos, des comportements altruistes sophistiqués devant un compagnon handicapé et affaibli, essayant de le redresser, lui apportant de la nourriture ou le couvrant de végétation lorsqu’il s’est assuré qu’il était bien décédé. (suite…)

Que d'émotions! | Comments Closed


lundi, 30 mai 2011
Liens sur les traces de l’apprentissage (suite)

L’importance de la recherche en neurosciences cognitives dans le domaine de la mémoire humaine se reflétant sur le nombre de liens pertinents sur lesquels on peut tomber en navigant sur Internet, nous poursuivons cette semaine, toujours dans le cadre d’ une démarche déjà décrite dans ce blog, l’ajout de nouveaux liens dans le sous-thème “Les traces de l’apprentissage” du thème intitulé “Au cœur de la mémoire”. Chacun de ces liens vers d’autres sites web d’intérêt est accompagné d’un bref aperçu de ce qu’on peut y découvrir. (suite…)

Au coeur de la mémoire | Comments Closed


mardi, 24 mai 2011
Liens sur les traces de l’apprentissage

Nous poursuivons cette semaine une démarche déjà décrite dans ce blog avec l’ajout de nouveaux liens cette fois-ci dans le sous-thème “Les traces de l’apprentissage” du thème intitulé “Au cœur de la mémoire”. Chacun de ces liens vers d’autres sites web d’intérêt est accompagné d’un bref aperçu de ce qu’on peut y découvrir. (suite…)

Au coeur de la mémoire | Comments Closed


lundi, 27 décembre 2010
Jouer aux échecs à l’école améliore l’apprentissage

chessLe jeu d’échecs serait un outil d’apprentissage idéal pour les enfants selon « America’s Foundation for Chess », un organisme qui en fait la promotion en milieu scolaire.  Les capacités d’analyse du cerveau se développent rapidement autour de huit ou neuf ans et les échecs les stimuleraient favorablement. Des études montrent en tout cas que les enfants qui partiquent ce jeu ont de meilleurs résultats dans la plupart de leurs matières. (suite…)

Au coeur de la mémoire | 2 commentaires »