Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 1 juillet 2013
Sur les épaules de Darwin

On a parlé la semaine dernière de l’émission radiophonique « Sur les épaules de Darwin » animée par Jean Claude Ameisen, chercheur en immunologie et vulgarisateur scientifique passionné de culture au sens large. On a dit l’émerveillement que procurent ses émissions hebdomadaire, mélanges des plus récents articles scientifiques publiées dans les revues spécialisées et des réflexions de philosophes, d’artistes et d’écrivain.e.s sur tout ce qui touche la vie humaine (et qui a forcément toujours une base biologique et des influences culturelles). (suite…)

Au coeur de la mémoire | 3 commentaires »


lundi, 27 juin 2011
Neurogenèse et dépression

Les maux qui peuvent affecter l’équilibre psychique d’un être humain sont nombreux et leur origine encore très débattue. D’où la prolifération d’hypothèses pour tenter de cerner ces processus souvent multifactoriels . Dans le cas de la dépression par exemple, l’une des plus connues est la théorie monoaminergique associée à une baisse de certains neurotransmetteurs comme la sérotonine.

Toujours pour la dépression, une hypothèse plus récente sur laquelle travaillent plusieurs laboratoires implique un phénomène qui a été confirmé vers la fin des années 1990 chez l’humain : la neurogenèse, ou naissance de nouveaux neurones dans le cerveau adulte. Le fait que ces jeunes neurones semblent montrer une grande plasticité et qu’ils ne se retrouvent que dans certaines régions du cerveau, comme le gyrus dentelé de l’hippocampe associé aux émotions, est le point de départ de cette hypothèse. (suite…)

Les troubles de l'esprit | Comments Closed


lundi, 28 mars 2011
Synchroniser nos neurones pour syntoniser notre pensée ?

oldradioComme le pendule d’une horloge oscille pour marquer le temps, nos réseaux de neurones oscillent ensemble pour faciliter l’encodage de certains souvenirs. C’est du moins l’une des fonctions que l’on attribue à ce phénomène grandement préservé au cours de l’évolution dans le règne animal. D’où l’intérêt croissant pour ces oscillations neuronales qui rendent possible un codage temporel de l’information. Un outil précieux qui s’ajoute aux nombreuses représentations spatiales du corps et du monde extérieur dans le cerveau. (suite…)

Au coeur de la mémoire, L'émergence de la conscience | 4 commentaires »


lundi, 24 janvier 2011
L’hippocampe entier révèle ses secrets

Theta-waveIl arrive parfois que des découvertes scientifiques importantes ne soient pas tant le fruit d’une expérience particulière, mais du long travail préalable pour mettre au point le protocole expérimental. C’est le cas d’une étude de Sylvain Williams publiée en novembre 2009 dans Nature Neuroscience. Pendant des années, Williams et ses collaborateurs ont raffiné une technique permettant d’enregistrer l’activité neuronale dans un hippocampe entier de rat conservé in vitro. (suite…)

Au coeur de la mémoire | 2 commentaires »


mardi, 26 octobre 2010
L’inoubliable cerveau d’un amnésique

henry-molaison

Le 2 décembre 2008 disparaissait à l’âge de 82 ans la personne ayant probablement contribué plus que quiconque à notre compréhension de la mémoire humaine. Henry Molaison n’était pas neurologue mais un patient épileptique auquel on avait enlevé en 1953, à l’âge de 27 ans, les deux hippocampes cérébraux pour diminuer ses graves crises d’épilepsie. L’opération fut un succès pour contrôler l’épilepsie mais eut un effet secondaire imprévu : elle emporta avec elle sa capacité à retenir de nouvelles informations sur sa vie ou sur le monde (mémoire déclarative). (suite…)

Au coeur de la mémoire | 12 commentaires »