Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 31 mai 2021
Deux scientifiques qui alimentent encore le débat : Giulio Tononi et Francisco Varela

Simple suivi cette semaine à propos de deux billets récemment publiés sur ce blogue. Parce que dans les deux cas, les scientifiques dont il était question continuent de faire parler d’eux dans de nouvelles publications. Dans le cas de Giulio Tononi et de sa controversée théorie de l’information intégrée de la conscience, elle fera l’objet prochainement d’une critique en bonne et due forme dans la célèbre revue Behavioral and Brain Sciences (BBS). Et pour ce qui est de Francisco Varela, c’est plutôt une journée hommage pour les 20 ans de son départ prématuré qui vient d’être mise en ligne avec plusieurs de ses ancien.nes collègues dont on a déjà parlé ici. (suite…)

Au coeur de la mémoire | Pas de commentaires


mardi, 25 mai 2021
L’isolement social associé à la Covid-19 a des effets négatifs sur nos fonctions cognitives

Quand on y pense, ce n’est pas rien ce que les humains ont vécu durant la dernière année. Bien sûr, il y a eu tous ces morts dont plusieurs auraient pu être évités si les soins de santé étaient une véritable priorité pour nos gouvernements néolibéraux. Mais la pandémie nous a aussi fait expérimenter à divers degrés selon les pays des conditions de confinement et d’isolement social à grande échelle. Et cela dure encore, par exemple au Québec en « zone rouge », avec ce couvre-feu dont on n’a pourtant jamais pu établir l’efficacité contre la transmission de la Covid-19 d’un point de vue scientifique. Mais pour ce qui est des effets néfastes sur la santé mentale de telle mesures qui nous privent d’une part importante de nos rapports sociaux, là pas de doute, ils sont de mieux en mieux documentés. Et ce qu’on découvre, c’est que ces « dommages collatéraux » sont loin d’être légers ou banals. La dernière en ligne, publiée en mars dernier par Johanne Ingram et ses collègues, montre que c’est l’ensemble de nos fonctions cognitives qui déclinent quand on est privé d’une part importante de nos contacts avec les autres, comme ce fut le cas depuis un an. De quoi questionner bien des stratégies de contrôle de la pandémie qui étirent la sauce, par laxisme, désorganisation ou autres raisons politiques ou économiques douteuses, et nous replongent périodiquement dans cette privation de contacts sociaux. (suite…)

Non classé | Pas de commentaires


lundi, 17 mai 2021
Un arbre généalogique de nos comportements et des structures cérébrales associées (suite et fin)

J’avais commencé la semaine dernière à vous résumer l’article Resynthesizing behavior through phylogenetic refinement de Paul Cisek publié en 2019. Cet article m’a beaucoup éclairé sur la façon dont nos différentes structures cérébrales ont pu se mettre en place des premiers animaux multicellulaires jusqu’à nous, générant progressivement, à partir de comportements de base pour la survie, des comportements de plus en plus élaborés. Comme Cisek, je pense que c’est de là qu’il faut partir pour espérer un jour mieux comprendre les comportements de haut niveau chez l’humain. Car comme je le dis souvent en boutade, on n’a pas évolué pour pourvoir jouer aux échecs. On a évolué pour pouvoir trouver de la bouffe et des partenaires pour se reproduire en se déplaçant sans se casser la gueule ! Parce qu’essayer de comprendre nos processus cognitifs de haut niveau sans perspective évolutive, c’est un peu comme mettre la charrue devant les bœufs, ça ne fonctionne pas très bien…

Continuons donc de suivre l’apparition de nos grandes structures cérébrales et des comportements associés. (suite…)

De la pensée au langage | Pas de commentaires


lundi, 10 mai 2021
Un arbre généalogique de nos comportements et des structures cérébrales associées

Il y a, dans le cerveau humain d’aujourd’hui, certaines structures nerveuses qui sont apparues il y a très longtemps, d’autres plus tard, et d’autres encore plus récemment. Dès les années 1960, le neuroanatomiste Paul MacLean avait popularisé cette approche évolutive avec son cerveau à trois étages, le reptilien, le limbique et le néocortex. J’ai écrit ailleurs pourquoi on sait aujourd’hui qu’il s’agit d’une simplification dépassée. Mais comme souvent, ce premier débroussaillage allait être ensuite raffiné par des gens comme Jaak Panksepp dont j’ai aussi déjà parlé des considérations évolutives dans la genèse des émotions qui font la part belle aux structures sous-corticales communes à tous les mammifères. Aujourd’hui on va s’intéresser à un chercheur contemporain qui approfondit encore davantage cette tradition. Il s’agit de Paul Cisek que j’ai eu la chance de voir quelques fois en conférence puisqu’il travaille à l’université de Montréal. J’ai donc déjà parlé de ses travaux dans ce blogue ici, et encore.  Plus récemment,  en 2019, Cisek a publié un articles intitulé Resynthesizing behavior through phylogenetic refinement qui poursuit la réflexion de ses travaux antérieurs sur l’origine phylogénétique de nos comportements. Je vous propose cette semaine un survol de cet article qui m’a grandement intéressé parce qu’il m’a rappelé un certain cours durant mon baccalauréat en biologie sur la morphologie évolutive des vertébrés. Cours que j’avais adoré mais trouvé très difficile. Vous me pardonnerez donc, je l’espère, ce retour aux sources un peu nostalgique. Je vais essayer de vous rendre cela le plus digeste possible. Et comme c’est dense et assez long, on terminera la semaine prochaine. (suite…)

De la pensée au langage | Pas de commentaires


lundi, 3 mai 2021
La méditation « pleine conscience » à l’école améliore l’attention

Beaucoup de nos jeunes ont de la difficulté à se concentrer sur une tâche pour la mener à bien. Quand on sait que la seule présence de votre téléphone cellulaire près de vous peut affecter vous capacités cognitives, on a là peut-être un indice sur ce qui peut contribuer à ce manque d’attention. Mais le cerveau humain, en particulier celui des jeunes, est très plastique. Et une étude publiée en septembre dernier dans la revue Human Brain Mapping semble le prouver une fois de plus en montrant qu’un entraînement de 8 semaines à la méditation « pleine conscience » (« mindfulness », en anglais) améliore les capacités d’attention et de contrôle cognitif en général des jeunes de sixième année. (suite…)

Le corps en mouvement | Pas de commentaires