Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 9 janvier 2012
Travailler sans stress chronique

En ce début de nouvelle année, le retour au boulot est l’occasion de prendre de bonnes résolutions, comme celle d’essayer d’être moins stressé par son travail. Les vacances ayant permis de découvrir à quel point il fait bon vivre sans pression, on aimerait bien pour une fois pouvoir tenir une résolution. Ce serait, à n’en pas douter, une excellente idée puisque les effets néfastes sur la santé du stress chronique sont maintenant bien connus.

d_lien L’impact du stress sur la santé

En effet, on sait aujourd’hui comment les mécanismes adaptatifs du stress aigu, qui permettent à l’organisme de se soustraire à une situation menaçante en fuyant ou en combattant, se retournent contre l’organisme quand ce stress devient chronique. Et notre milieu de travail quotidien est un lieu tout désigné pour goûter aux différentes « saveurs » du stress chronique ou de l’inhibition de l’action.

i_lien Les différentes saveurs du stress chronique

Les hormones du stress, comme le cortisol, qui se maintiennent à un taux élevé longtemps dans l’organisme peuvent dans un premier temps créer des problèmes organiques (ulcères d’estomac, hypertension artérielle, baisse du système immunitaire, etc.) et, à long terme, être à l’origine de problèmes psychologiques comme l’anxiété généralisée, le burn-out, ou la dépression.

i_lien STRESS CHEZ LES TRAVAILLEURS : Burnout vs Dépression

Alors avant d’en arriver là, mieux vaut être à l’affût les signes avant-coureurs et d’agir en conséquence. Par exemple en réduisant un peu ses heures de travail, une option qu’appuient même les économistes !

i_lien Cut the working week to a maximum of 20 hours, urge top economists

Car certaines parodies qui nous font rire jaune ne sont souvent, malheureusement, pas si loin de la réalité de bien des gens…

i_lien ALL OF AREA MAN’S HARD WORK FINALLY PAYS OFF FOR EMPLOYER

Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.