Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Mardi, 6 février 2018
Nos réseaux cérébraux s’inscrivent dans un gradient « unimodal – multimodal »

J’aimerais vous parler cette semaine d’un article publié en 2016 dans la revue PNAS parce qu’il fait quelque chose de très précieux en science : montrer la convergence de deux corpus de données en un seul phénomène. Et ce faisant, donner à comprendre certaines choses qui étaient moins claires auparavant. Explications…

L’article écrit par Daniel S. Margulies et ses (nombreux) collègues (ils sont 12 co-auteurs) s’intitule « Situating the default-mode network along a principal gradient of macroscale cortical organization ». Ce titre annonce bien l’essence de leur travail : situer le réseau du mode par défaut à l’intérieur d’un gradient organisationnel à large échelle dans le cortex cérébral. Bon. Ça demande encore quelques clarifications… (Lire la suite…)

Du simple au complexe, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Mardi, 30 janvier 2018
Notre santé physique et mentale : une question plus politique qu’on pense

Après avoir commencé l’année avec quelques billets un peu “pointus” sur des aspects computationnels des neurones, puis épistémologiques de la personne et philosophiques du vivant, j’avais promis de revenir vers des questions un peu plus générales. Et comme on est sur un site qui aspire à couvrir « tous les niveaux », on se posera une question toute simple cette semaine à propos de l’organisation sociale dans laquelle évoluent les individus de notre espèce : à quel point la pauvreté et l’isolement social nuisent-elles à la santé physique et mentale d’un être humain ?

On le sait aujourd’hui, le cerveau est le corps ne font qu’un. Il n’est donc pas surprenant que ce qui affecte l’un ait des effets sur l’autre. Mais on arrive aujourd’hui à un point où l’on se rend compte que la pauvreté et la solitude, avec tous les sévices psychiques qui viennent avec, seraient peut-être, considérés ensemble, comme ce qu’il y a de plus néfaste pour l’équilibre biologique d’une personne humaine ! (Lire la suite…)

Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


Mardi, 23 janvier 2018
Deux livres sur l’approche énactive en sciences cognitives

J’ai commencé l’année 2018 sur ce blogue en décrivant certaines expériences bien concrètes qui, tant au niveau du fonctionnement du neurone que du cerveau dans son ensemble, remettait en question des conceptions établies. Mais les sciences cognitives, comme toutes les sciences, ont aussi besoin de s’inscrire dans des cadres théoriques et de définir certains concepts pour être fécondes. Et donc des débats philosophiques émergent forcément à ce moment-là. C’est à ce niveau que l’on se situe dans le billet d’aujourd’hui.

Mais comme je recommence mes activités régulières comme bien des gens cette semaine (dans mon cas des cours à l’UTA comme la session dernière), ce qui me laisse moins de temps pour écrire, je me contenterai de vous signaler la parution de deux ouvrages récents en philo des sciences cognitives. Deux ouvrages que je n’ai pas eu le temps de lire encore, d’où ce billet en guise de «to do list»…

Les deux livres concernent l’approche énactive mise de l’avant à partir du début des années 1990 par des pionniers comme Francisco Varela et Evan Thompson. (Lire la suite…)

Le corps en mouvement | Pas de commentaires


Mardi, 16 janvier 2018
Un cerveau divisé en deux, ça donne une ou deux personnes ?

Un peu comme la semaine dernière, on pourrait dire que les travaux dont on va parler cette semaine remettent en question une série d’expériences devenues des classiques en sciences cognitives, celles sur les patients à cerveau divisé (« split brain », en anglais).

Vous me direz : c’est dans l’ordre des choses que des résultats d’expériences scientifiques soient éventuellement raffinés et/ou remis en question. Mais ces deux cas se ressemblent d’une part par l’importance du corpus expérimental qu’ils ébranlent et, par conséquent, par les remises en question importantes et les perspectives d’interprétation nouvelles qu’elles ouvrent. (Lire la suite…)

L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Mardi, 9 janvier 2018
Des capacités d’intégration neuronale bien plus complexes qu’on le croyait depuis des décennies ?

Pourquoi ne pas commencer l’année avec un billet sur une découverte qui a des allures de révolution ? C’est du moins ce que laisse sous-entendre des titres comme : « Physicists Negate Century-Old Assumption Regarding Neurons and Brain Activity » ! Qu’en est-il au juste ?

Et d’abord quel phénomène neuronal serait ici remis en question ? Rien de moins que le processus de base de ce qu’on appelle l’intégration neuronale : le fait que chaque neurone fait constamment la somme de tous les inputs qui arrivent sur ses dendrites pour « décider » s’il va à son tour émettre un influx nerveux (aussi appelé potentiel d’action). (Lire la suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires