Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 10 décembre 2012
Les bases moléculaires du toucher se précisent

Contrairement à d’autres sens comme la vision où l’on connaît les molécules responsables de la transformation du stimulus physique en influx nerveux, le mécanisme à la base du simple toucher demeurait nébuleux. Mais dans un article qui vient tout juste d’être publié dans la revue Nature, des scientifiques de l’Université de Californie, San Francisco, pensent avoir trouvé ce chaînon manquant de la transduction pour le toucher.

Il s’agit d’une protéine de la famille des canaux TRP (de « Transient Receptor Potential », en anglais), de grosses protéines fichées à travers la membrane cellulaire dont une partie forme un pore qui, en s’ouvrant, permet à des ions de traverser la membrane et d’initier des influx nerveux.

L’identification du rôle de ce « récepteur-canal » sensible aux légères déformations mécaniques de la peau par le Dr. Zhiqiang Yan et son équipe s’est faite en deux temps. Après avoir été intrigués par l’abondance d’une protéine (nommée NOMPC pour “No mechanoreceptor potential C », en anglais) aux extrémités des terminaisons nerveuses de fibres sensorielles de type III chez la mouche drosophile, ils ont réussi à désactiver spécifiquement cette protéine. Résultat : les larves de drosophile étudiées ne réagissaient plus au toucher léger.

Dans un deuxième temps, après d’autres manipulations génétiques complexes, on a pu montrer que des neurones qui ne répondent pas normalement au toucher y deviennent sensibles après que des protéines NOMPC aient été insérées dans leur membrane.

Il semble donc qu’un sens aussi important que le toucher, qui nous accompagne toute notre vie à partir des premières caresses de notre mère, repose sur un mécanisme de transduction plus simple que prévu : la présence d’une molécule sensible à l’étirement mécanique. Encore faudra-t-il établir le mécanisme exact qui permet au canal de s’ouvrir (ce qui peut prendre des années, voir le lien ci-bas sur la caractérisation du récepteur à l’acétylcholine) et identifier la molécule analogue chez l’humain.

Des travaux qui seront sans doute fort intéressant à suivre dans un futur sous-thème du Cerveau à tous les niveaux sur le toucher, si l’on parvient bien entendu à trouver le financement alternatif nécessaire à sa continuité (voir la colonne ci-contre) !

i_lien Secrets of gentle touch revealed
a_his Drosophila NOMPC is a mechanotransduction channel subunit for gentle-touch sensation
a_his Recherche specialisée : le récepteur à l’acétylcholine

Les détecteurs sensoriels | 4 commentaires »


4 commentaires à “Les bases moléculaires du toucher se précisent”

  1. [...] vers le haut. On savait que l’induction visuelle de ce phénomène pouvait se transmettre au toucher. On vient de découvrir que son induction tactile produit aussi l’effet visuel, suggérant des [...]

  2. [...] vers le haut. On savait que l’induction visuelle de ce phénomène pouvait se transmettre au toucher. On vient de découvrir que son induction tactile produit aussi l’effet visuel, suggérant des [...]

  3. [...] bonnes nouvelles donnent le goût de regarder un peu en avant et de considérer, après le toucher ou la musique, un autre sujet que l’on pourrait traiter dans le site dans les années à venir : [...]