Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 7 novembre 2011
Les effets nocifs de la télé sur les jeunes enfants

Si la tentation est forte pour des parents fatigués d’installer bébé devant la télévision pour respirer un peu, une étude conjointe du CHU Sainte-Justine et de l’Université du Michigan, publiée dans Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine, devrait vous convaincre qu’il s’agit là d’une mauvaise idée.

L’étude démontre en effet que plus un enfant passe de temps devant la télé entre 2 et 4 ans, plus il a de problèmes à l’école plus tard (en l’occurrence ici, vers l’âge de 10 ans). Sans parler des mauvaises habitudes pour la santé qu’il aura acquises.

Car ce que la consommation excessive de télévision en bas âge permet de prédire n’est pas très réjouissant : diminution de l’intérêt en classe (de 7%); diminution de la réussite en maths (de 6 %); augmentation du risque de victimisation par les camarades de classe (de 10 %); diminution de l’activité physique pendant les fins de semaine (de 13 %); augmentation de la consommation de boissons gazeuses sucrées (de 9%) et du grignotage (10 %); etc.

La petite enfance est une période essentielle pour le développement du cerveau, rappellent les auteurs de l’étude. Notre cerveau tout comme nos jonctions neuromusculaires sont alors le théâtre d’une intense stabilisation sélective des synapses. Et pour guider ce développement, jouer, c’est-à-dire expérimenter sur le monde concret en bougeant, s’avère toujours ce qu’il y a de mieux pour les petits cerveaux.

i_lien L’exposition précoce à la télévision a des effets négatifs et durables sur les jeunes enfants
i_lien Les enfants victimes de la télé
i_lien Michel Desmurget, TV Lobotomie. La vérité scientifique sur les effets de la télévision.
a_exp Prospective Associations Between Early Childhood Television Exposure and Academic, Psychosocial, and Physical Well-being by Middle Childhood

Le développement de nos facultés | 4 commentaires »


4 commentaires à “Les effets nocifs de la télé sur les jeunes enfants”

  1. [...] et de vaquer à nos occupations tranquillement. C’est sur ce point que nous met en garde cet article, en effet une étude publié dans Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine [...]

  2. [...] et de vaquer à nos occupations tranquillement. C’est sur ce point que nous met en garde cet article, en effet une étude publié dans Archives of Pediatrics & Adolescent Medicine [...]

  3. Bruno Dubuc dit :

    Recension très bien étayée de « TV Lobotomie »:

    Regarder la télé tue
    http://snovae.free.fr/spip.php?article313#comment223

  4. Certaines études vont à l’encontre de ces recommandations en conseillant la pratique de l’écran pour le développement de compétences telles que la flexibilité mentale, la motricité, etc. : http://psychologie-cognitive.blogspot.fr/2012/04/sackes-et-al-2011-le-developpement-des.html

    Néanmoins, il existe des risques et ce phénomène social est globalement dangereux, car l’ordinateur comme la télévision n’est pas un éducateur, n’est pas un parent, et n’est pas un copain de classe, ni une figure d’autorité…