Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 9 septembre 2013
Liens intimes entre système nerveux et immunitaire

Les neurosciences cognitives avaient déjà compris, à partir de la fin du XXe siècle, que le fonctionnement du cerveau ne pourrait jamais être véritablement compris si l’on ne tenait pas compte du corps dans lequel il se trouve. Cette conception « incarnée » de la pensée implique que notre cerveau entretient à tout moment une relation dynamique avec le reste de notre corps qui est tout entier immergé, si l’on peut dire, dans son environnement physique et social. Bref, on est loin de la comparaisons cerveau / ordinateur où un organe désincarné ne ferait que manipuler les représentations symboliques d’inputs pour en fournir les outputs appropriés…

Mais ce qu’un Henri Laborit ou un Robert Ader pressentait déjà dans les années 1960 ou 1970 semble se confirmer de plus en plus : notre cerveau entretient aussi des liens intimes avec notre système immunitaire. C’est du moins ce que viennent appuyer trois études récentes portant sur la réponse inflammatoire de notre organisme à des conditions sociales stressantes, malheureuses ou même heureuses.

La plus ancienne, publiée en octobre 2009, montrait comment une situation sociale perçue comme menaçante par notre cerveau pouvait mettre en branle des processus inflammatoires passablement néfastes pour l’organisme. Faire un discours ou un test de mathématiques devant un public qui vous évalue peut ainsi stimuler la production de certaines cytokines, des molécules pro-inflammatoires. Or plus un individu avait du mal à gérer le stress dû à l’évaluation par le public, plus sa production de cytokines augmentait.

Une étude qui vient tout juste d’être publiée en juillet 2013 met en évidence un phénomène similaire qui peut affecter une personne souffrant de solitude. On connait en effet l’importance du lien social qui, avec une bonne alimentation, de la stimulation intellectuelle et de l’exercice physique fréquent, constitue un facteur neuro-protecteur important contre le vieillissement du cerveau. Ce que cette seconde étude vient confirmer, c’est comment, chez les personnes seules, un stress aigu peu favoriser beaucoup plus cette cascade biochimique inflammatoire que chez une personne bien entourée socialement. Il s’agit donc d’un mécanisme potentiel expliquant l’observation de longue date que les individus souffrant d’exclusion sociale sont plus à risque pour plusieurs problèmes de santé.

Enfin, toujours en juillet 2013, une autre étude explorait cette fois-ci le lien entre système immunitaire et deux états de bien-être particulier : le plaisir, qui renvoit dans l’étude à une gratification personnelle immédiate, et un bonheur plus profond, qualifé d’eudémonique, qui s’accompagne d’un sentiment d’accomplissement. Après avoir évalué le niveau de ces deux types d’état de bien-être à l’aide d’un questionnaire chez 80 sujets adultes, Barbara L. Fredrickson et ses collègues ont quantifié l’expression de certains gènes associés à la réponse immunitaire.

Leurs résultats sont pour le moins étonnants. Les gens disant expérimenter plus souvent un état de plaisir que de bonheur avaient une expression accrue de gènes typiquement activés lors de périodes de stress et associés à une réponse inflammatoire accrue ainsi qu’à une diminution de la réponse antivirale. Au contraire, les personnes associant plus souvent à leur vie des états de bonheur que de plaisir avaient une activation plus basse de ces gènes et une réponse immunitaire renforcée. Bien que ces deux états soient perçus par notre cerveau indistinctement comme du « bien-être », il semble que notre génome soit plus sensible à certaines nuances qualitatives de ce bien-être que notre expérience affective consciente.

a_exp Social-evaluative threat and proinflammatory cytokine regulation: an experimental laboratory investigation.
a_exp Loneliness Promotes Inflammation During Acute Stress
i_lien Different kinds of happiness – different immune system consequences.
a_exp A functional genomic perspective on human well-being.

Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.