Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 28 septembre 2020
Réfléchir à la science et à la psychiatrie avec deux ouvrages récents

Toujours dans ma tentative d’écrire des billets de blogue un peu moins longs afin de me laisser plus de temps pour un gros projet d’écriture, je vous propose cette semaine simplement deux livres qui ont attiré mon attention dernièrement.

Le premier est “Le goût du vrai”, petit texte que vient de publier Étienne Klein en juillet dernier chez Gallimard dans la collection Tracts. Le physicien, mais surtout ici le philosophe des sciences, y propose quelques réflexions sur notre rapport à la science que lui ont inspirées les premiers mois de la crise sanitaire mondiale. Celle-ci a exacerbé ou du moins mis en lumière certains biais cognitifs humains qui posent problème à la prise de décision éclairée par les données scientifiques disponibles. Par exemple, affirmer des choses avec aplomb sans se rendre compte qu’on est sorti de son champ de compétence. Ou encore, adhérer à telle idée sans savoir d’où elle vient, seulement par ce qu’elle nous plait et est conforme à notre système de valeur. (suite…)

Du simple au complexe, Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


mardi, 8 septembre 2020
La science : une entreprise collective aux racines lointaines

Je voudrais vous parler aujourd’hui de l’origine lointaine d’un aspect fondamental de l’entreprise scientifique : le fait qu’il s’agit d’une construction collective. Mais avant, permettez-moi de rappeler quelques caractéristiques de la science qui va nous permettre de mieux apprécier ses racines.

Les gens ont souvent une idée déformée de ce qu’est la science. Trop souvent, on associe un fait ou une loi scientifique à une certitude. Alors que ce ne sont, pour paraphraser le physicien Étienne Klein que j’écoutais à la radio hier, que des « petits bouts de réels » que l’on croit comprendre. Et cela, en fonction de relations qui nous semblent invariables entre certains phénomènes, ce qu’on va appeler des lois scientifiques. (suite…)

De la pensée au langage, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


lundi, 31 août 2020
Des bienfaits de l’art et des scientifiques artistes

Un ami me racontait récemment qu’il avait été abordé en sortant de chez lui dans le quartier Rosemont à Montréal par un homme et une femme qui lui ont fait une demande un peu étrange : accepteriez-vous que l’on vous chante quelque chose ? Un peu pressé et méfiant, mon ami accepte tout de même. Puis découvre avec joie et admiration que ses interlocuteurs sont des artistes en chant qui lui interprètent un bel air d’opéra ! Il apprendra en discutant avec eux par la suite qu’un programme spécial de subvention leur permet ainsi de recommencer à pratiquer leur art dans ce contexte de pandémie qui rend difficile la pratique des arts de la scène.

Cette anecdote m’a rappelé un article sur lequel j’étais tombé début 2020 juste avant la pandémie où pour la première fois, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaissait l’art comme bénéfique pour la santé mentale et physique. (suite…)

Les troubles de l'esprit, Que d'émotions! | Pas de commentaires


lundi, 14 octobre 2019
Un grand voyage en boucle : comprendre scientifiquement comment émerge notre humanité

C’est ce mercredi 16 octobre à 19h au café Les Oubliettes que commence le cours «Notre cerveau à tous les niveaux» que j’aurai le plaisir de donner en collaboration avec l’UPop Montréal. Comme je l’expliquais il y a deux semaines dans ce billet présentant la démarche générale du cours, je vous présente aujourd’hui quelques questions plus précises que nous nous poserons mercredi lors de cette première séance intitulée « Le « connais-toi toi-même de Socrate à l’heure des sciences cognitives ». Une séance qui se veut le point de départ de toutes les autres et qui sera aussi en quelque sorte… son point d’arrivée ! C’est la structure cyclique que j’ai choisie pour le cours, grandement inspirée par le livre « L’arbre de la connaissance » d’Humberto Maturana et Francisco Varela. (suite…)

Du simple au complexe, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


mardi, 25 septembre 2018
À propos de la promotion de la culture scientifique : voir l’éléphant dans la pièce

Petit billet d’humeur plus général aujourd’hui. On m’a récemment demandé mon avis sur l’état de la culture scientifique au Québec. Sans doute parce que c’est mon pain et mon beurre d’essayer d’en faire la promotion depuis des années. J’ai répondu honnêtement qu’à mon avis c’était un désastre. Aucun mépris ou condescendance là-dedans, évidemment. Juste un triste constat que je vais tenter d’étayer un peu dans les lignes qui suivent.

D’abord un mot sur la campagne électorale actuelle au Québec qui ne fait que confirmer mon impression : les deux partis se font la lutte en tête des sondages, le PLQ et la CAQ, font campagne sans pratiquement parler d’environnent, alors que notre biosphère s’apprête, selon les scientifiques, à devenir une étuve. Pire, ils fustigent les préoccupations environnementales d’une frange allumée (sans jeu de mot…) de la population (et du parti qui les représente, Québec Solidaire) parce qu’elles s’opposeraient à « l’économie » et aux « jobs ». Alors que ces préoccupations vont exactement dans le sens de ce que préconise par exemple le spécialiste du climat Will Steffen, à savoir “une transformation reposant sur une réorientation fondamentale des valeurs, de la philosophie, du comportement, des institutions, des économies et de la technologie humains”. Et c’est là qu’apparait clairement le désastre dont je parlais quant à la culture scientifique et l’esprit critique de la majorité de la population : dans l’appui massif que ces partis, qui font fi de l’urgence environnementale, s’apprêtent à recevoir… (suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


  • Page 1 of 2
  • 1
  • 2
  • >