Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 5 octobre 2020
Régulation des émotions ou mémoire de travail: plusieurs régions cérébrales interconnectées

Deux études récentes viennent encore une fois montrer qu’il y a très souvent plus de régions cérébrales d’impliquées dans un phénomène mental que ce que l’on croyait. Car rien n’est isolé dans le cerveau et il n’y a pas de “centre de” quoi que ce soit. C’est plutôt toujours affaire de multiples régions interconnectées qui forment des réseaux au gré des situations et des tâches à effectuer. Et ce qui est intéressant dans ces deux études, c’est que l’on a identifié des connexions fonctionnelles entre deux régions cérébrales avec deux approches différentes : en traçant le trajet des axones de certains neurones, et par des techniques de génétique ayant conduit à l’isolation d’un nouveau récepteur membranaire. (suite…)

Au coeur de la mémoire, Que d'émotions! | Pas de commentaires


lundi, 26 juin 2017
La seule présence de votre téléphone intelligent près de vous affecte vos capacités cognitives

Ce n’est pas d’hier que des philosophes des sciences cognitives comme Andy Clark disent que nos capacités cognitives ne sont pas situées que «dans notre tête»; elles «fuient» littéralement dans notre environnement. C’est l’idée de la «cognition étendue» que Clark et d’autres ont lancé dans les années 1990 et dont le degré d’étendu, si l’on peut dire, continue aujourd’hui d’être débattu.

Il est en en effet assez facile de s’entendre par exemple sur le fait que notre mémoire de travail est limitée et qu’il est plus facile de calculer 359 x 492 avec un papier et un crayon que mentalement. Ce faisant, on externalise (« offload », en anglais) dans notre environnement une partie du processus cognitif. Notre cerveau pouvant se référer de manière directe et fiable à ce qu’il y a sur la feuille, le calcul qu’on y a fait est généralement accepté comme faisant partie de notre cognition. (suite…)

Au coeur de la mémoire, De la pensée au langage | Pas de commentaires


lundi, 17 juin 2013
L’éducation aux neurosciences sort des sentiers battus

Dernière semaine d’école au primaire, alors que le collégial terminait il y a quelques semaines également. Bon prétexte, avant le début des vacances, pour souligner quelques belles initiatives récentes d’éducation aux neurosciences, et ce, au Québec uniquement. (suite…)

Le plaisir et la douleur | 8 commentaires »


lundi, 6 juin 2011
Le cerveau préfère la nature aux courriels

L’an passé, au début de l’été, cinq chercheurs en neuroscience ont canoté pendant une semaine la rivière San Juan qui coule dans une région sauvage du sud de l’Utah, aux États-Unis. Jusqu’ici, rien de bien spécial, ces expéditions en autonomie complète étant devenues monnaie courante.

Mais pour ces scientifiques, souvent un tantinet « workaholic », deux autres défis s’ajoutaient à leur camping sauvage : survivre une semaine loin de leur téléphone portable et de leur laptop, interdits durant l’aventure; et tenter de comprendre, en observant leurs propres réactions sans leurs gadgets préférés, comment l’usage quotidien de ces technologies change la façon dont nous pensons et nous comportons. (suite…)

L'émergence de la conscience | 5 commentaires »


lundi, 18 avril 2011
Les effets néfastes de la pauvreté sur le cerveau

Notre cerveau est très sensible à l’environnement dans lequel il se développe, en particulier durant l’enfance. Depuis les expériences des années 1960 sur les rats élevés dans des milieux riches en stimulations sensorielles et sociales, il ne fait plus de doute qu’un environnement enrichi favorise le développement du cerveau, alors qu’un environnement pauvre le ralentit. (suite…)

Le développement de nos facultés | 4 commentaires »