Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






mardi, 13 octobre 2020
Le prix Nobel de physique de Roger Penrose comme prétexte pour causer conscience

Comme je l’écrivais il y a un mois, afin d’avancer un gros projet d’écriture, je me vois contraint de prendre moins de temps pour rédiger mes billets hebdomadaires dans ce blogue. Mais le merveilleux monde de la science, lui, ne ralentit pas pas pour autant. Me voilà donc à nouveau tenté de parler de choses fascinantes mais passablement compliquées en relativement peu de mots. Je succomberai donc, en me disant que c’est peut-être mieux que rien, et en vous invitant à suivre les hyperliens pour rentrer un peu plus dans le sujet. Et ce sujet, il a pour nom Roger Penrose, un mathématicien et physicien anglais né en 1931 qui vient de remporter le prix Nobel de physique 2020. En fait, il partage ce prix avec un duo d’astrophysiciens, Reinhard Genzel et Andrea Ghez, pour leur découverte d’un objet compact supermassif au centre de notre galaxie.

Si le prix Nobel a été décerné à Penrose pour sa découverte que la formation des trous noirs est une prediction robuste de la théorie de la relativité générale, ses idées dépassent largement ce cadre. Si j’en parle dans ce blogue sur les sciences cognitives, c’est par exemple parce qu’il avait publié en 1989 un livre intitulé The Emperor’s New Mind: Concerning Computers, Minds and The Laws of Physics où il défendait l’idée que la conscience humaine ne pouvait pas être le fruit d’algorithme, comme l’intelligence artificielle de l’époque, très inspirée par les ordinateurs, le prétendait.

Suite à la publication de cet ouvrage, Penrose s’est mis à collaborer avec l’anesthésiologiste Stuart Hameroff sur une théorie quantique de la conscience impliquant les microtubules, ces filaments protéiniques qui forment le squelette, pour ainsi dire, de nos cellules et donc aussi de nos neurones. Un second ouvrage détaillant ces positions a été publié sous le titre Shadows of the Mind: A Search for the Missing Science of Consciousness en 1994 par Penrose. Plusieurs aspects de cette approhe où l’effondrement de la fonction d’onde au sein des microtubules serait fondamentale pour la conscience humaine ont été vivement critiqués.

Quand j’avais rédigé la grande section sur la conscience du Cerveau à tous les niveaux, j’avais parlé d’autres théories qui supposent des effets quantiques à la base de notre conscience. Mais je m’étais aussi donné la peine (ce fut long et difficile, je m’en souviens encore…) d’en résumer les nombreuses critiques, y compris celles du modèle de Penronse.

Depuis la publication de ce thème en 2008, les débats en neurosciences cognitives sur la conscience humaine semblent surtout s’être déplacés vers deux autres grandes théories, celle de l’espace de travail global (« global workspace theory, ou GWT », en anglais), proposée par le psychologue Bernard Baars et étayée par les neurobiologistes Stanislas Dehaene et Jean-Pierre Changeux, et la théorie de l’information intégrée (« integrated information theory, ou IIT »), proposée par Giulio Tononi et adoptée par plusieurs autres neurobiologistes comme Christof Koch. Si bien qu’elles ont même fait l’objet d’un « concours » ou d’un « pari » pour tenter de trancher laquelle était la plus plausible !

Il y a une blague que je fais souvent quand je touche à ces sujets fort complexe dans mes conférences. Je dis au gens que j’en glisse quelques mots parce que j’ai toujours peur qu’ils pensent que finalement c’est assez simple le fonctionnement de notre cerveau. S’ensuit généralement quelques rires, parce qu’après une heure à se faire parler de circuits de neurones, de réseaux cérébraux et du caractère inextricable de notre cerveau-corps, les gens en ont déjà passablement pris pour leur rhume, comme on dit en bon québécois. Tout ça pour dire que je vous la refais ici en vous ajoutant ce lien vers un article récent qui jette les base d’une possible synthèse entre la théorie de l’information intégrée de la conscience de Tononi et le Free Energy Principle (FEP) de Karl Friston qui est un cadre formel ambitieux se proposant de rendre compte de rien de moins que de l’auto-organisation menant à aux organismes vivants, de la vie elle-même, et des processus d’apprentissage et d’adaptation des organismes vivants à leur environnement ! L’article qui vient d’être publié en septembre dernier par Peter Waade et ses collègues s’intitule Consciousness Fluctuates with Surprise: An empirical pre-study for the synthesis of the Free Energy Principle and Integrated Information Theory.

Juste au cas où j’aurais laissé entendre que tout cela était trop simple…  😉

Cela dit, je vous laisse sur cette célèbre citation de Niels Bohr que j’ai retrouvée dans mes pages sur Penrose et la conscience. Le père de la physique quantique et professeur de Werner Heisenberg aurait dit un jour à un jeune physicien : « Nous reconnaissons tous que votre théorie est folle. La question qui nous divise est de savoir si elle est assez folle pour avoir une chance d’être vraie. »

L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.