Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 16 juin 2014
Être éveillé, rêver et… se reposer durant l’été !

Comme le mentionne Evan Thompson lors d’une conférence récente (voir le premier lien ci-bas), nous, occidentaux, sommes tellement centrés sur un mode de vie où la productivité est une valeur dominante que lorsque nous allons nous coucher, nous sommes crevés et « crashons » littéralement dans le sommeil. Au point où nous n’expérimentons bien souvent même pas un état de conscience particulier qu’est l’état « hypnagogique », ce moment durant la première phase d’endormissement où nous sommes encore sensibles aux inputs sensoriels provenant de l’extérieur, mais plus tout à fait éveillés non plus. Un moment propice aux associations mentales originales de toutes sortes.

C’est avec cette réflexion à l’esprit que ce billet inaugure la période estivale. Une période où je devrais pouvoir continuer à alimenter ce blogue hebdomadaire à quelques semaines près, pour cause de vacances, comme tout le monde. Mais il se peut que les billets soient moins des résumés complets d’un article précis publié récemment que quelques mentions d’articles très brièvement présentés afin de vous laisser tout le loisir de faire entre eux les associations et les explorations que vos propres vacances vous permettent. Ma façon, en fait, de me donner l’impression de lutter contre notre rythme de vie de fou en vous (en me) donnant un prétexte pour procrastiner un peu… ;-)

Par exemple, en écoutant simplement cette conférence de Evan Thompson, philosophe de la biologie et de l’esprit, auteur du très riche «Mind in Life» (2007) et de ce nouvel ouvrage sur lequel porte la conférence, «Waking, Dreaming, Being», attendu pour octobre 2014.

Et si vous voulez creuser un peu la question des structures cérébrales associées au rêve, le 3e lien ci-bas pointe vers une étude publiée il y a quelques mois au sujet d’une controverse discutée par Thompson dans son ouvrage à paraître.

L’article montre que l’activité cérébrale au repos n’est pas la même pour les individus qui se rappellent peu de leurs rêves que pour les gens qui s’en rappellent beaucoup. Ces données iraient ainsi dans le sens de l’hypothèse affirmant qu’il y a un sysème dans la région préfrontale de notre cerveau qui contribue aux rêves et qui est distinct de l’activité de la région du pont du tronc cérébral qui stimule le cortex, l’hypothèse principale encore dominante à ce sujet.

Enfin, il y a une semaine, paraissait dans la revue Science un article confirmant le rôle du sommeil dans la consolidation structurelle des connexions neuronales après un apprentissage. Plus spécifiquement, l’étude portant sur le cortex moteur de souris montre comment le sommeil favorise la formation d’épines dendritiques de manière spécifique sur un sous-ensemble de dendrites de neurones pyramidaux de la couche V. Ces résultats vont donc clairement dans le sens d’un rôle du sommeil dans la mémoire.

Et, si l’on extrapole un peu, sur les vertus plus large d’une vie que je vous (nous) souhaite plus reposante durant la belle saison…

i_lien Evan Thompson – « Waking, Dreaming, Being » at CIIS
i_lien Waking, Dreaming, Being
a_exp Resting Brain Activity Varies with Dream Recall Frequency Between Subjects
a_exp Sleep promotes branch-specific formation of dendritic spines after learning

Dormir, rêver... | 1 commentaire


Un commentaire à “Être éveillé, rêver et… se reposer durant l’été !”

  1. Anaïs dit :

    Bonjour,

    j’aimerais poser une petite question concernant l’activité cérébrale des gens qui se souviennent ou non de leur rêve en lien avec la grossesse: on sait que l’activité onirique est assez riche pendant la grossesse, que les femmes se souviennent nettement plus de leurs rêves qu’à la normale. Si maintenant, on met ceci en lien avec l’information que nous apprenons ici; une activité cérébrale différentes, comment peut-on envisager l’influence de l’un sur l’autre pendant une grossesse? Un article a-t-il déjà été écrit là dessus?

    Car, si le souvenir des rêves entraîne une activité cérébrale différente, je me permets d’extrapoler quant à l’importance de toute la préparation psychique de la parturiente au cours de cette période et du devenir de la relation mère/enfant.

    Bref, avez-vous des infos là-dessus?

    (Et, bien sûr, bonnes vacances!!)