Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 22 mars 2021
Un principe très général de l’organisation du cerveau confirmé par son activité dynamique intrinsèque

On savait depuis un certain temps déjà que lorsqu’on effectue une tâche quelconque, une mémoire sensorielle de très courte durée collabore avec des capacités de mémorisation plus longues pour nous permettre d’effectuer la tâche. Et l’on savait aussi que cet encodage à différentes échelles de temps est corrélé avec la fréquence des oscillations de l’activité neuronale dans ces régions, des fréquences élevées des aires corticales sensorielles jusqu’aux fréquences très basses de nos aires associatives multimodales. Or dans un article intitulé Hierarchical dynamics as a macroscopic organizing principle of the human brain publié en août dernier dans la revue PNAS, Ryan Raut, Abraham Snyder et Marcus Raichle montrent que l’on peut généraliser ce grand principe non seulement à l’ensemble du cortex mais aussi à plusieurs structures sous-corticales. Partout, le profil temporal de l’activité oscillatoire spontanée dans le cerveau semble organisé le long de gradients allant de zones sensorielles à activité rapide à des zones multimodales correspondant à des fonctions de plus haut niveau où l’activité oscillatoire est beaucoup plus lente. (suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires