Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 10 novembre 2014
Neurones inhibiteurs : plus qu’un simple frein

On connaît l’existence des cellules gliales depuis aussi longtemps que les neurones mais ce n’est que depuis deux ou trois décennies que l’on découvre leur réelle importance dans la communication cérébrale. De même, on sait depuis fort longtemps aussi qu’entre les gros neurones excitateurs du cortex cérébral se trouve une multitude de petits neurones inhibiteurs. Or de simples « freins » de l’activité corticale, ceux-ci révèlent eux aussi peu à peu une diversité de nature, de forme, de connectivité et de fonction (suite…)

Le développement de nos facultés, Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


mercredi, 7 septembre 2011
Des neurones aux propriétés étonnantes

Alors qu’on croyait la communication neuronale assez bien comprise, voilà que, comme souvent en science, on est en face de données pour le moins « anormales » qui ébranlent le paradigme officiel. En effet, dans tout bon bouquin de neuroscience, on peut lire que les neurones sont stimulés ou inhibés par l’entremise des synapses que font d’autres neurones sur ses dendrites ou son corps cellulaire. Puis, il intègre tous ces signaux et peut alors déclencher un ou plusieurs potentiels d’action dans son propre axone. Ceux-ci vont voyager jusqu’au bout de l’axone et faire à leur tour synapse sur d’autres neurones. Et ainsi de suite…

Mais ce que des chercheurs de l’université Northwestern, en Illinois aux États-Unis, ont découvert et publié dans Nature Neuroscience en février 2011, montre que ce n’est clairement pas la seule façon dont voyage l’influx nerveux dans les neurones. (suite…)

Du simple au complexe | 1 commentaire