Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 19 octobre 2015
Ces molécules qui nous font courir

Qu’est-ce qui relie le besoin de faire du sport, le plaisir que cela procure, et l’impératif de survie de nos lointains ancêtres chasseurs-cueilleurs ou même des premières formes de vie animale ? Comme toujours en biologie, la fixation de certaines molécules sur leur récepteur joue ici un rôle de premier plan, comme le confirme une fois de plus les deux études dont il sera question aujourd’hui. (suite…)

Le corps en mouvement | Pas de commentaires


lundi, 16 mai 2011
Du bon usage des jurons

Le caractère universel des jurons et de mots tabous dans toutes les langues humaines a retenu l’attention, il y a quelques années, du psychologue cognitiviste de Harvard, Steven Pinker. Dans son livre « The Stuff of Thought: Language as a Window into Human Nature », Pinker propose que l’emploi de mots vulgaires servirait à imposer des émotions négatives à son interlocuteur en stimulant à son insu des régions primitives de son cerveau. Les mots tabous activeraient ainsi davantage l’hémisphère droit que le gauche, les ganglions de la base (pour la production) et l’amygdale (pour la perception). (suite…)

De la pensée au langage, Le plaisir et la douleur | 3 commentaires »