Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 16 décembre 2019
Ce qui permettrait au Cerveau à tous les niveaux de continuer sa mission

Ce dernier billet de 2019 (avant les deux semaines de pause du temps des Fêtes) voudrait aborder un sujet délicat que je repousse toujours à plus tard car il m’ennuie, celui du financement de ce site et de ce blogue. Car si j’ai peu d’intérêt pour tout ce qui touche à l’argent, il demeure difficile de l’ignorer complètement dans le système économique actuel. En clair, je dois assumer comme tout le monde mes frais de subsistance (et ceux de mon garçon)!

Or le travail que j’ai choisi (si tant est que l’on choisit réellement quoi que ce soit, étant souvent aveugles à bien des causes de nos choix conscients) consiste à rendre accessible au plus grand nombre les connaissances actuelles sur le fonctionnement de leur système nerveux dans l’espoir que celles-ci améliorent leur qualité de vie et leur bien-être (comme ce fut en tout cas le cas pour moi). Ce n’est pas et ce ne sera donc jamais une « entreprise rentable » puisque ces connaissances ne sont pas monnayables. Pas plus que ne le sont d’ailleurs tous les autres savoirs encyclopédiques communs de l’humanité, ceux qu’on retrouve aujourd’hui sur Wikipédia, par exemple.

Je ne mentionne pas pour rien cette fabuleuse initiative de travail collectif, sans pub et sans but lucratif. Il y a quelques semaines, lors d’une de mes fréquentes visites sur ce site, le message suivant m’est apparu en haut de la page :

“DEAR WIKIPEDIA READERS, We’ll get right to it: This week we ask our readers to help us. To protect our independence, we’ll never run ads. We survive on donations averaging about $15. Only a tiny portion of our readers give. If everyone reading this right now gave $3, our fundraiser would be done within an hour. That’s right, the price of a cup of coffee is all we need. […]. Thank you. »

Utilisant Wikipédia pratiquement tous les jours, je n’ai pas pu m’empêcher de répondre favorablement à leur appel. Comme je suis pauvre (et même si je ne bois pas de café!), je leur ai donné 3$…  Et comme je pensais déjà à ce billet d’aujourd’hui qu’il me faudrait bientôt écrire, je me suis mis à voir des analogies entre Wikipédia et ma façon d’aborder mon travail de vulgarisateur des neurosciences. Loin de moi l’idée de me considérer comme le « Wikipédia du cerveau », mais force est d’admettre que des sites et des blogues comme le mien, en anglais et en français, il n’en pleut pas des tonnes sur Internet ! (en fait, quand on tape « cerveau » ou « le cerveau » dans Google, les 2 premiers résultats sont généralement Wikipédia et les deux suivants… le Cerveau à tous les niveaux !)

Et c’est bien entendu l’idée de gratuité (et de Copyleft) que je chéris particulièrement comme la célèbre encyclopédie en ligne. Car il a toujours été impensable pour moi que le manque d’argent puisse être un frein à quiconque veut mieux se comprendre. C’est pourquoi j’ai toujours refusé de rendre payant ce site ou quelques sections « premium pour abonnés » que ce soit. J’ai un peu la même philosophie pour mon travail de conférencier où je n’ai pas de tarifs fixes et prends ce que les institutions peuvent me donner (c’est ma principale source de revenus depuis l’arrêt de mes subventions en 2013 sous le gouvernement fédéral conservateur). Et comme je fais partie du collectif de bénévoles derrière cet autre outil formidable de diffusion des connaissances qu’est l’UPop Montréal, il m’est arrivé très souvent depuis le début de cette aventure il y a dix ans de donner gratuitement (comme c’est toujours le cas à l’UPop) des séries de cours dans les bars et les cafés de ma ville. Et pour souligner la dixième année d’existence de l’UPop Montréal, les habitué.es de ce blogue savent que j’offre (toujours bénévolement) cette année dix séances qui sont un peu la peite synthèse de mon travail des dernières années (petite synthèse qui m’a demandé quand même pas mal de boulot!).

Pour revenir à mon anecdote sur l’appel de dons de Wikipédia, je me suis demandé si je ne pouvais pas, moi aussi, interpeller les gens qui utilisent fréquemment mon site un peu de la même façon. Et ça a donné le pastiche suivant, en québécois s’il-vous-plaît :

« CHERS LECTEURS ET LECTRICES DU CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX, On va se dire les vraies affaires : cette semaine je viens vous quêter du cash. La science ne faisant pas bon ménage avec le capitalisme, vous pouvez être sûr qu’il n’y aura jamais une maudite pub sur ce site. Comme rédacteur de ce blogue, je survis grâce à vos dons de 30$ en moyenne. En gros ça me donne environ 50$ par lundi de travail. Quelque chose comme le salaire minimum de 12.50$/heure au Québec actuellement, genre. C’est sûr que c’est juste une minuscule proportion de gens qui viennent sur ce site qui font des dons. Mais si chaque personne qui s’est rendue jusqu’ici aujourd’hui dans la lecture de ce billet crissement plate faisait un don de 3$, je ne serais plus obligé de vous écœurer avec ça le reste de l’année. […] Merci ben gros là, bye. »  😉 (suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


mardi, 5 décembre 2017
Les « beaux défis » du blogueur scientifique à l’ère des mégadonnées

Les développements récents dans le domaine de l’intelligence artificielle dont il était question dans le billet de la semaine dernière sont rendus possibles par l’apprentissage dont sont capables ces machines à partir de mégadonnées (« big data », en anglais). En fait, c’est devenu un défi pour bien des disciplines scientifiques de simplement tenter de traiter les données disponibles.

C’est un peu la même chose pour le pauvre petit vulgarisateur scientifique que je suis qui essaie de suivre un peu ce qui se passe en sciences cognitives, un champ d’étude qui comprend au moins 6-7 disciplines (pourquoi faire compliqué quand on peut faire très compliqué ?…). De sorte que je suis devenu ridicule avec mon document « Liens pour futurs billets » car j’en ajoute au moins un par jour dans ce document mais je ne peux écrire qu’un billet par semaine. Résultat : j’ai des centaines de bonnes études à vous parler dont je ne vous parlerai jamais parce qu’il y en a des dizaines d’autres plus récentes qui les repoussent constamment vers le bas ! (suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


lundi, 24 octobre 2016
Relâche pour le cours, mais pas pour le blogue, les conférences et la science !

Quatres choses, donc, cette semaine. D’abord le cours sur la «cognition incarnée» que je donne chaque mercredi à l’UQAM fait relâche cette semaine. La prochaine séance portant sur la linguistique cognitive aura donc lieu le 2 novembre. Et mes bonnes habitudes d’en offrir un résumé général sur ce blobue reprendront donc lundi prochain. [les présentations des séances données jusqu’ici en format pdf sont disponibles ici].

J’en profiterai donc cette semaine, et c’est mon second point, pour faire la mise à jour biannuelle « thermomètre de dons » de la marge de droite ci-contre. Comme c’est le cas depuis deux ans, vos généreux dons faits sur le site m’ont apporté près de 2000$ les six derniers mois, ce qui m’a permis d’être rémunéré pour écrire mon billet de blogue hebdomaire. Je vous remercie donc encore une fois infiniment pour ce soutien financier en plus des bons mots qui me parviennent régulièrement. (suite…)

Dormir, rêver... | Pas de commentaires


lundi, 26 octobre 2015
Suivre le labyrinthe mental de nos pensées

J’essaie quelque chose. Je dis souvent qu’on peut parler neuroscience à partir de tout puisque toute activité humaine s’accompagne d’une activité particulière des cerveaux qui l’accomplissent. Or ce matin j’ai très peu de temps pour faire une recherche spécifique qui m’amènerait à écrire un billet sur une étude récente, comme je le fais depuis le lancement de ce blogue. (suite…)

De la pensée au langage | Pas de commentaires


lundi, 27 avril 2015
À la recherche d’une explication moléculaire à votre générosité

Deux ans après l’arrêt de notre financement public, je voudrais dire quelques mots cette semaine sur les dons reçus pour aider à poursuivre l’aventure du Cerveau à tous les niveaux. Comme je le mentionne dans la mise à jour de notre «thermomètre de dons» ci-contre faite la semaine dernière, les 8 000$ amassés la première année ont permis de couvrir la gestion minimale du site et l’écriture des billets dans le blogue français (estimés à environ 7 500$ / an). Et durant l’année qui vient de s’achever, c’est près de 4 000 $ qui ont été recueillis. Je voulais donc surtout remercier ici tous ces gens qui ont pris un peu de leur temps et de leur argent pour permettent la poursuite de ce projet.

Ainsi soutenu par la communauté, il fallait bien que je trouve de quoi d’intelligent à vous mettre sous la dent dans mon billet de cette semaine ! Je n’eus cependant pas à chercher très loin car ce phénomène du don m’était resté dans les neurones. (suite…)

Que d'émotions! | Pas de commentaires


  • Page 1 of 2
  • 1
  • 2
  • >