Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 5 novembre 2018
Les effets concrets et troublants des discours haineux sur le cerveau

À la veille des élections de mi-mandat aux États-Unis, on peut se poser plusieurs questions, dont les deux suivantes. D’abord comment se fait-il que Donald Trump, diagnostiqué «narcissique malin» par un psychothérapeute de renom, et donc «dangereusement malade mentalement et incapable d’être président avec ce tempérament», le soit encore deux ans après son élection ? Question difficile qui a déjà fait couler beaucoup d’encre et que je n’aborderai pas ici pour me concentrer sur la seconde question : dans quelle mesure les propos haineux qu’il distille régulièrement dans ses discours ou dans les médias sociaux ont-ils des effets néfastes sur le cerveau et le comportement des gens ?

On sait encore bien peu de choses sur cet organe d’une complexité vertigineuse qu’est le cerveau humain. Mais les sciences cognitives, qui tentent d’établir des ponts entre différentes disciplines comme les neurosciences et la psychologie sociale, permettent aujourd’hui d’apporter des éléments de réponse à ce genre de question. Et le verdict est plutôt sans appel : loin de n’être que de simples effets de rhétorique pour gagner des votes, les propos haineux d’une personne en position de pouvoir amènent les gens à s’éloigner de leur humanité. (suite…)

Que d'émotions! | Pas de commentaires


lundi, 23 janvier 2012
Le dégoût derrière nos choix, même politiques ?

Depuis Descartes et encore aujourd’hui, il est de bon ton d’affirmer que nos décisions découlent de notre capacité de raisonnement, de notre rationalité, bref de notre capacité de peser logiquement le pour et le contre. Mais les sciences cognitives contemporaines montrent que c’est loin d’être toujours le cas. Et que bien souvent nos discours rationnels ne sont en fait que des alibis langagiers pour justifier des comportements décidés à notre insu, par des processus inconscients beaucoup plus anciens évolutivement parlant.

Comme le dégoût, cette émotion puissante qui nous a sans doute préservé de bien des maladies en nous détournant instinctivement de la putréfaction et d’autres corps pustuleux. Or ce que l’on découvre de plus en plus, c’est que le dégoût pourrait influencer nos choix dans des domaines apparemment fort éloignés des souches microbiennes, la politique par exemple. (suite…)

L'émergence de la conscience, Que d'émotions! | 6 commentaires »