Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






mardi, 21 mai 2019
Les avancées spectaculaire de la microscopie à deux photons et de l’imagerie au calcium

Si je vous dis comme ça qu’on vient de réussir à enregistrer simultanément l’activité de 12 000 neurones dans le cortex de souris libres de leurs mouvements avec une résolution à l’échelle cellulaire et jusqu’à 17 Hertz de fréquence, vous me répondez quoi ? Quelque chose comme «Et alors ?», « Je m’en fous » ou « Peux-tu me parler pour que je te comprenne ? ». C’est le défi de cette dernière réponse que je vais tenter de relever dans le reste de ce billet. Parce que si je réussis, votre réponse deviendra sans doute semblable à la mienne, à savoir un écarquillement des yeux accompagné de quelques « incroyable !, fabuleux !, malaaade ! » bien appuyés. Mais pour ça, il faut d’abord faire quelques pas en arrière… (suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


mardi, 18 septembre 2018
Un mécanisme de communication chez les plantes qui s’apparente au système nerveux

Un article au titre un peu intriguant a été publié la semaine dernière dans la revue Science : Nervous system-like signaling in plant defense. On y décrit la découverte d’un système de signalisation chez certaines plantes utilisant le glutamate lorsqu’elles sont attaquées par des herbivores. Le glutamate, un neurotransmetteur excitateur bien connu du cerveau des mammifères, se fixe alors sur un récepteur similaire à celui que l’on retrouve dans le système nerveux. Cela a pour effet d’augmenter la concentration de calcium circulant entre les cellules (rendue visible grâce à une protéine fluorescente), ce qui avertit en quelque sorte le reste de la plante que l’une de ses feuilles est en train de se faire manger. En quelques minutes seulement, la plante pourrait alors mettre en branle des mécanismes de défense pour protéger ses autres feuilles.

Ce parallèle entre ce nouveau système de signalisation mis en évidence chez les végétaux et des éléments biochimiques et fonctionnels similaires dans le système nerveux des animaux à en effet de quoi surprendre à première vue. (suite…)

Du simple au complexe, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires