Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 27 mars 2017
Les dépendances déclenchées par le manque de liens sociaux

Tout comme la semaine dernière, c’est une vidéo qui est à l’origine du billet d’aujourd’hui, plus précisément une vidéo de l’excellente série de Kurzgesagt – In a Nutshell. Cette chaîne You Tube basée à Munich, en Allemagne, produit des vidéos de quelques minutes qui résument avec brio des questions complexes comme « qu’est-ce que la vie ? » ou « qu’est-ce que l’addiction ? ».

C’est la vidéo se penchant sur cette dernière question qui m’a fait découvrir les travaux de Bruce Alexander remettant en question l’idée même que nous sommes d’abord et avant tout dépendants à des substances (héroïne, cocaïne, mais aussi alcool, nicotine, etc.) ou à des habitudes (jeux, Internet, pornographie, etc.). Le premier clou dans le cercueil de cette conception trop restrictive des dépendances est venu de la constatation suivante : les gens hospitalisés et qui reçoivent souvent pendant plusieurs jours ou semaines des opiacés pour calmer leur douleur ne deviennent pas dépendants de ces substances une fois rentrés chez eux. Étrange, si c’est uniquement la substance qui crée l’addiction… (suite…)

Le plaisir et la douleur | Pas de commentaires