Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 7 mars 2022
Les neurones comme autant d’œuvres d’art (et des études importantes sur la Covid)

Source : Karthik Krishnamurthy. Cortical neurons grown in vitro for 5 weeks labeled with MAP-2 (red), neurofilament (green) and DAPI (blue) imaged with a laser scanning confocal microscope (40X objective).

Je viens de perdre pas mal de temps sur le site web dont je voudrais vous parler cette semaine. Mais est-ce que se promener dans un musée pour apprécier la beauté artistique est vraiment une perte de temps ? Parce que c’est un peu ce dont il s’agit ici. Le site NeuroArt est une galerie en ligne qui rassemble les plus belles images des neurones et du cerveau obtenues avec différentes techniques de coloration et d’imagerie.

Des scientifiques de partout dans le monde ont ainsi envoyé leurs plus beaux clichés de ce monde merveilleux de complexité qui nous permet… d’apprécier toute cette beauté ! C’est toujours cette même circularité vertigineuse avec notre cerveau. En plus de ces formes intrigantes et de ces couleurs souvent hallucinantes, on peut aussi en apprendre beaucoup sur notre système nerveux puisque chaque image vient avec une description sommaire (soit en passant la souris sur l’image quand elle est petite, soit en cliquant sur le « i » pour information quand on l’a agrandie). La section « Image Gallery » est la plus proche de l’expérience muséale et doit bien comporter à vue de nez pas loin de 400 images !

Cela rejoint, de mémoire (car de mon côté j’approche les 500 billets de blogue depuis 2010…), le travail de deux artistes dont j’avais traité ici. D’abord en 2012 celui sur Greg Dunn et sa technique de « reflective microetchings », sorte de microgravures très précises et chatoyantes faite à partir des données de différentes techniques d’imagerie. Et ensuite en 2020, celui sur le travail « de moine » pourrait-on dire, de David Goodsell dont les dessins inspirés d’images de microscopie électronique rendent accessible toute la complexité de l’intérieur de nos cellules, tout en les rendant envoutantes pour l’œil avec ses innombrables coloris pastels.

On a relativement peu d’images mentales de la complexité du monde qui vit en nous. On dit « ah oui c’est complexe » sans en prendre véritablement toute la mesure. Ces démarches artistiques à partir de cellules vivantes et ces images véritables de cerveaux ou de neurones visualisées avec des techniques de pointe nous permettent de nous en imprégner. Et surtout de nous convaincre que complexité rime bien souvent avec beauté.

* * *

Si Putin occupe maintenant l’espace médiatique à la place de la Covid, il n’en reste pas moins que des études continuent de sortir sur le sujet. J’en prends souvent connaissance en suivant l’excellente chaîne Youtube du Dr. John Campbell. Deux présentations du Dr. Campbell ont attiré mon attention la semaine dernière.

La première concerne la vitamine D. Cela doit bien faire un an qu’on se doute qu’elle a un effet protecteur important pour la Covid. Eh bien cette étude corrélationnelle israélienne peer-reviewed avec un nombre considérable de sujets apporte de solides évidences en ce sens : elle réduit significativement les probabilités d’attraper la Covid, d’être hospitalisé et de mourir du Sars-CoV-2. Comment se fait-il que ce genre d’étude ne fait pas la Une de nos grands médias et que la vitamine D n’est pas plus mise de l’avant par la santé publique ? Maudite bonne question que se pose un Dr. Campbell pour le moins perplexe à la fin du vidéo.

L’autre vidéo résume deux études récentes, cette fois sur l’ivermectine, un médicament qui, comme bien d’autres, a subi un « repositionnement » contre la Covid, c’est-à-dire qu’on lui a découvert des propriétés antivirales alors qu’il n’avait pas été utilisé pour ça en premier lieu. Encore une fois, les évidences s’accumulent dans cet article qui vient d’être publié dans le International Journal of Infectious Diseases pour montrer que l’ivermectine fonctionne contre la Covid, et est même, dans ce cas-ci, plus efficace que le Remdesivir, l’antiviral produit par la pharma Gilead Sciences qui coûte 5-600$ par traitement. À titre de comparaison, l’ivermetctine ne coûte que quelques sous par tablette et est utilisé pour le traitement contre les parasites depuis 40 ans partout dans le monde avec extrêmement peu d’effets secondaires.

Il y a tout un débat, parfois très émotif, autour de cette molécule pour le traitement de la Covid parce qu’on aurait là un traitement sûr et quasiment gratuit donc susceptible d’aider des millions de gens. Or bien qu’aucune compagnie pharmaceutique n’est évidemment intéressée à financer des études sur une molécule qui ne rapporte aucun bénéfice financier, des études comme celles-ci commencent à sortir. Et devraient permettre bientôt de trancher. Car en science ce sont les faits qui ont le dernier mot : ou cette molécule a un effet bénéfique dans le traitement de la Covid, ou elle n’en a pas. Et si jamais elle en a, comme cette étude tend à le prouver, sa sous-utilisation durant la pandémie pourrait bien être vue, rétrospectivement, comme l’un des grands scandales de la crise sanitaire.

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.