Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 8 juin 2015
Un vaisseau pour relier le système immunitaire au cerveau

Il faut toujours être prudent quand on lit qu’un « chaînon manquant » a été découvert, ou que des passages de manuels scolaires devront être réécrits. Encore plus quand on nous dit que la découverte en question est quelque chose que l’on n’avait tout simplement pas vu, alors que le corps humain est considéré comme pratiquement cartographié en entier depuis un demi-siècle.

Mais c’est pourtant ce qui semble être arrivé avec la découverte par Antoine Louveau, post-doctorant à l’université de Virginie, d’un vaisseau lymphatique irrigant le cerveau alors qu’on peut lire dans tout bon bouquin d’anatomie cérébrale que le cerveau est le seul organe majeur à ne pas avoir de connexions avec le système lymphatique.

C’est grâce à un nouveau type de préparation conservant l’ensemble des méninges d’un cerveau de souris que Louveau a remarqué un alignement de cellules immunitaires qui donnait l’impression qu’elles étaient dans un vaisseau. Celui-ci suivait de très près le trajet d’un vaisseau sanguin, de sorte qu’il était très difficile à apercevoir. Mais des techniques sophistiquées d’imagerie ont permis par la suite de l’observer, du moins chez la souris. Reste à confirmer sa présence sur le cerveau humain, évidemment toujours moins accessible, mais au moins on sait dans quelle région le chercher.

Cette découverte ouvre des avenues de recherche intéressantes pour certaines maladies neurodégénératives ou impliquant de l’inflammation dans le cerveau. Car même si l’on reconnaît les liens intimes entre sytème nerveux et immunitaire, même si l’on s’entend sur le fait que le système nerveux central est « surveillé » par le système immunitaire au niveau des méninges, il y avait encore beaucoup de questions en ce qui concerne l’accès au système nerveux central pour les cellules immunitaires.

Ce vaisseau, constitué de cellules endothéliales possédant toutes les caractéristiques des vaisseaux lymphatiques connus, pourrait bien ouvrir la porte, c’est le cas de le dire, à de nouvelles hypothèses.

Par ailleurs, que ce vaisseau ait pu échapper à toute détection jusqu’à aujourd’hui est surprenant en soi. Comme quoi un nouveau type de préparation, après forcément son lot d’essais et d’erreurs, permet de voir des aspects de la réalité demeurés inconnus ou invisibles jusqu’ici.

i_lien Missing link found between brain, immune system — with major disease implications
i_lien This stunning discovery about the brain will have scientists rewriting textbooks
a_exp Structural and functional features of central nervous system lymphatic vessels

Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.