Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Mercredi, 13 mai 2015
La complexité à pied : quand le Mont-Royal devient votre cerveau !

MISE À JOUR VENDREDI 15 MAI : étant donné les prévisions météos de 60% de risques d’averses demain samedi le 16 et du soleil pour dimanche le 17, veuillez noter que la randonnée aura lieu LES DEUX JOURS, SAMEDI ET DIMANCHE À 14h, pour offrir plus de choix et ne pénaliser personne !

Voici un billet spécial pour vous signaler la tenue d’un événement non moins spécial qui aura lieu samedi prochain le 16 mai à 14 heures : une randonnée pédestre au Mont-Royal considéré comme un modèle géant de votre cerveau !

Organisé dans le cadre du cours « Les trois infinis : le petit, le grand et le complexe » de l’UPop Montréal, il se veut pour ainsi dire un complément à la séance de lundi dernier que j’ai eu le plaisir de donner sur l’infiniment complexe. L’UPop Montréal étant le lieu de toutes les expérimentations, elle a appuyé ce fantasme un peu fou que j’ai depuis longtemps d’offrir ce qui est à ma connaissance la première randonnée guidée à l’intérieur d’un (modèle de) cerveau humain !

À l’origine de ce projet, un constat évident: la forêt, avec ses arbres aux branches et aux racines entremêlées, constituent l’une des métaphores les plus justes pour décrire l’intrication des dendrites et des axones des assemblées de neurones à l’œuvre dans la genèse de notre pensée. Et ça je ne suis pas le premier à le dire comme l’illustre superbement le livre Neurocomic.

J’écris donc ce billet en pleine semaine pour vous donner un avant-goût de l’expérience en question et j’y inclus même plusieurs images, pratique plutôt inhabituelle comme l’auront remarqué les habitué.es de ce blogue. Mais après plusieurs séances de répérage au Mont-Royal, je me retrouve avec un parcours pas mal rempli d’analogies de toutes sortes que je commence à avoir hâte de partager avec vous !

Un peu comme dans le film Le voyage fantastique (1966) où une équipe de scientifiques était réduite et injectée dans le cerveau d’un homme atteint d’une tumeur cérébrale (qu’ils devaient aller détruire), nous entrerons dans ce modèle de cerveau géant par un nerf (je ne vous dis pas lequel pour garder le suspens… ;-) ). Nous monterons ensuite par la moelle épinière jusqu’au tronc (d’arbre) cérébral, franchirons les multiples marches de nos mémoires jusqu’à l’observatoire cortical avec vu sur la croix de notre glande pinéale (malheureusement pas en lien avec notre « âme » comme le pensait Descartes mais avec notre rythme circadien) !

Après avoir exploré diverses régions de l’hémisphère gauche, nous traverserons le corps calleux de la montée Camillien-Houde pour explorer l’hémisphère droit du cimetière Mont-Royal, malheureusement durement éprouvé par l’Alzheimer, la maladie de Parkinson et des dépendances à plusieurs drogues…

Après avoir flirté avec des états modifiés de conscience dans les hautes sphères de cet hémisphère droit, nous traverserons une fois de plus le corps calleux qui aura entretemps été sectionné pour explorer les expériences classiques avec les personnes au cerveau divisé (« split-brain ») et tout ce qu’elles nous ont appris sur notre propension à fournir des alibis langagiers pour justifier le moindre de nos comportements. Le croisement d’une petite cascade d’eau à la fin du parcours permettra non seulement de se rafraîchir un peu, mais aussi de formuler l’une des métaphores les plus justes sur le caractère dynamique et plastique de notre système nerveux issu d’une longue évolution biologique.

Voici donc en terminant la carte du fameux parcours (en bleu) qui fait un bon deux heures de marche en tout, sans les pauses. En passant, pour ceux et celles qui ne voudraient qu’en faire la moitié ou les deux tiers, on peut prendre l’autobus à la Maison Smith et au Belvédère des automobiles où nous allons passer.

Bref, une expérience unique après laquelle vous ne verrez plus jamais le mont Royal de la même manière ! Et peut-être votre cerveau aussi…

Rendez-vous donc samedi prochain le 16 mai à 14h au pied du monument à George-Étienne Cartier (en face du parc Jeanne-Mance, où il y a les tam-tams le dimanche). Prévoyez des chaussures de marches, de l’eau et une collation. On devrait revenir à notre point de départ vers 17h. En cas de pluie (plus de 50% de risque d’averse), l’activité est remise au lendemain (si moins de risques d’averse), dimanche 17 mai, même heure.

i_lien L’infiniment complexe : le labyrinth de nos réseux cérébraux
i_lien Neurocomic
i_lien Le voyage fantastique (film, 1966)
i_lien Vidéo : Le voyage fantastique; part1

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.