Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 6 octobre 2014
Alzheimer : amélioration de la mémoire pour la première fois

Le 4 novembre 1906, Alois Alzheimer décrit pour la première fois la « maladie particulière du cortex cérébral » de sa patiente Auguste D. Plus d’un siècle plus tard, cette « maladie particulière » qui porte aujourd’hui le nom du neurologue allemand résiste à tous les médicaments jusqu’ici conçus pour la traiter. Aucun n’a encore réussit à en arrêter la progression ou même à la ralentir. Tout au plus certains en réduisent-ils certains symptômes. Et dans la dernière décade seulement, on estime à un milliard de dollars les sommes englouties pratiquement en vain dans les essais cliniques de ces médicaments.

Après des décennies de déceptions, le vent pourrait cependant enfin être en train de tourner. Une étude préliminaire publiée le 27 septembre dernier dans la revue Aging suggère en effet que l’on peut regagner les pertes de mémoire associées à l’Alzheimer en appliquant un programme thérapeutique élaboré comprenant 36 points incluant des changements dans l’alimentation, de l’exercice, de la stimulation intellectuelle et autres activités qui, prises isolément, étaient déjà reconnues comme des facteurs de prévention de l’Alzheimer. C’est leur combinaison inédite, ici, qui semble toutefois avoir des vertus curatives.

Donc aucune molécule miracle unique à l’origine de cette véritable révolution thérapeutique, mais un changement de paradigme important par rapport à la nature même de l’Alzheimer. Traditionnellement en effet, le marqueur biologique le plus connu de la maladie, les protéines bêta-amyloïde qui s’accumulent pour former les plaques amyloïdes ont toujours été vues comme un toxique pour les neurones menant à leur dégénérescence. Mais l’équipe du Dr. Dale Bredesen, auteur de cette étude préliminaire, ne l’entend pas ainsi. Ce laboratoire a accumulé au fil des années plusieurs indices qui les portent à croire que ce qui est derrière l’Alzheimer est un bris d’équilibre entre des mécanismes moléculaires favorisant les connexions neuronales et la mémoire, et d’autres favorisant son déclin et l’oubli d’informations non pertinentes. Or chez les gens normaux, la protéine bêta-amyloïde contribuerait à ces processus d’oubli. Dans le cas de l’Alzheimer, la bêta-amyloïde s’emballerait, l’équilibre serait rompu, et les pertes de mémoire prendraient le dessus.

Dans un tel système complexe de réactions biochimiques finement régulé, c’est beaucoup plus une approche systémique affectant de nombreuses molécules du réseau qui est susceptible d’avoir un effet, que le pari douteux qu’une seule molécule suffira à rééquilibrer le tout. C’est comme, explique le Dr. Bredesen, si vous aviez un toit qui fuit par 36 trous répartis un peu partout dans votre plafond. Vous pouvez tenter d’en boucher un complètement, mais les 35 autres vont continuer à fuir…

Voilà sans doute pourquoi, à l’instar d’autres traitements systémiques utilisés pour d’autres maladies chroniques, 9 des 10 personnes ayant accepté de suivre ce nouveau traitement ont montré des améliorations de leur mémoire de 3 à 6 mois après le début du traitement, améliorations qui durent toujours plus de deux ans après le début du traitement. Bien sûr, il n’est pas facile de changer de nombreuses habitudes de vie comme le prescrit le protocole du traitement. Éliminer les sucres simples et la nourriture transformée de son alimentation, faire du yoga ou méditer deux fois par jour pour diminuer le stress, faire 30 minutes d’exercice 4 à 6 fois par semaine ou prendre plusieurs suppléments alimentaires quotidiennement n’est pas toujours évident.

Mais la bonne nouvelle, en plus évidemment du résultat spectaculaire sur la mémoire (qui devra évidemment être reproduit sur une plus grande population), c’est que les effets secondaires du traitement sont principalement un meilleur index de masse corporelle et une meilleure santé en général. Comme effet secondaire, on a déjà vu pire…

i_lien Memory Loss Associated with Alzheimer’s Reversed for First Time
a_lien Reversal of cognitive decline: A novel therapeutic program

Au coeur de la mémoire | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.