Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 3 mars 2014
Deux habituées de ce blogue revisitées

En cette semaine de relâche où nos périodes de travail sont souvent entrecoupées d’activités avec les enfants, je vous propose de revenir simplement sur deux sujets déjà abordés quelques fois dans ce blogue. Et comme qui dit enfants dit éducation, les deux parlent d’apprentissage. Apprendre sur nous-même en fait, sur notre cerveau et, plus largement, sur la grande famille du vivant dont nous faisons partie.

Le premier sujet est la semaine « Cerveau en tête », événement international de sensibilisation aux neurosciences qui revient chaque année début mars, cette année du 10 au 14 mars 2014. J’en avais d’abord parlé en 2012, pour présenter les six parties d’un vidéo tourné dans le cadre de cette semaine et mettant en scène des neuroscientifiques québécois expliquant dans un langage simple leurs travaux. Puis en 2013, en rappelant que c’était un événement mis en place par la Fondation DANA qui comprend des activités sur les cinq continents et qu’au Québec :

« des étudiant.e.s gradué.e.s de plusieurs universités vont par exemple donner des présentations d’une heure dans les écoles primaires et secondaires. Les élèves de 6e année se font parler du fonctionnement de nos cinq sens et de ce qui se passe dans leur cerveau lorsqu’ils voient, entendent, touchent, etc. Et les élèves de secondaire III se font expliquer pourquoi des substances comme l’alcool, la marijuana ou l’ecstasy peuvent provoquer un effet enivrant ou créer une dépendance. Des animations décrivant certains mécanismes d’action de ces drogues, créées par le Cerveau à tous les niveaux, sont d’ailleurs parfois utilisées lors de ces présentations. »

 

L’autre sujet, c’est le travail d’Hélène Trocme-Fabre sur nos racines profondes dans le monde du vivant. Dans un nouveau texte qu’elle vient de rendre accessible sur Internet (voir le dernier lien ci-bas), elle nous rappelle que :

« l’humain a tout à gagner lorsqu’il cherche à découvrir qu’il est par nature en devenir (comme le furent les premières cellules pro- et eucaryotes), et que son équilibre dépend de son respect pour les 3 logiques auxquelles est soumis tout organisme vivant : une logique de régulation (dans sa relation à l’environnement); une logique d’adaptation (dans sa relation aux autres); une logique d’évolution (dans sa relation à soi). Il existe une autre façon de dire la même chose : le vivant est né, nous sommes nés, pour apprendre. »

Un texte d’une grande richesse où se retrouvent condensés d’autres aspects déjà abordés ici de la pensée de cette pédagogue branchée sur les sciences cognitives contemporaines : apprendre à piquer la curiosité (en 2011), partir des questions des gens pour aborder des facultés complexe comme mémoriser (en 2012), et mieux penser le vivant en utilisant ses mots (en 2013).

i_lien Cerveau en tête (Montréal)
i_lien Semaine Cerveau en tête 2014 ! (Université Laval)
i_lien Semaine Cerveau en tête : conférences gratuites (UQTR)
i_lien La semaine du cerveau (France)
i_lien Brain Awareness Week
a_lien Le Vivant et Nous

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.