Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 10 février 2014
Une “signature sociale” constante et restreinte


Ne vous laissez plus impressionner par les gens qui ont 600 ou 1400 “amis” Facebook. Ils n’échangent véritablement sur le plan affectif ou sur des sujets importants qu’avec une ou deux dizaines de personnes au maximum, comme vous et moi. Et pour chaque individu, ce « noyau dur » restreint de relations semble se maintenir, même si les amis changent au fil du temps. Voilà des données cognitives intéressantes qui ressortent d’une étude publiée dans la revue PNAS en janvier dernier et intitulée « Persistence of social signatures in human communication ».

Le célèbre anthropologue anglais Robin Dunbar a pris part à l’étude. Dunbar est en effet celui qui a donné son nom au « nombre de Dunbar », c’est-à-dire la quantité d’individus qu’un humain peut avoir dans son réseau social, soit autour de 150. Ce chiffre provient de ses travaux sur les liens entre l’expansion de la taille du cerveau et celle des groupes sociaux chez les primates. Pour simplifier, plus on vit dans un groupe social complexe, plus ça prend un gros cerveau pour comprendre qui est qui, qui fait quoi, qui peut nous aider, etc.

C’est donc la formation de Dunbar en primatologie qui l’a amené à formuler cette hypothèse. Les primatologues ont ceci de particulier qu’ils s’intéressent souvent non pas aux causes proximales de nos comportements (les mécanismes de la séduction ou notre attirance pour le sucré) mais à leurs causes distales ou ultimes (la reproduction de l’espèce ou l’importance d’identifier les aliments riches en calories pour la survie). Cela leur donne une sorte de recul qui leur permet de donner un sens plus profond à toutes sortes de phénomènes familiers comme le type et le nombre de relations que les gens entretiennent sur les réseaux sociaux ou dans la « vraie vie ».

Ce qui est intéressant avec cette étude dont les données proviennent entre autres des appels téléphoniques faits par les sujets, c’est qu’ils corroborent ce qu’un sociologue à l’emploi de Facebook avait confié à la revue The Economist en 2009 (dernier lien ci-bas). Celui-ci faisait d’abord remarquer que le nombre moyen « d’amis » Facebook était autour de 120 (donc assez près du 150 de Dunbar). Malgré cela, les hommes ne commentent en moyenne les statuts que de 7 autres personnes et les femmes que de 10 autres « amis Facebook ». Et pour ceux et celles qui ont autour de 500 « amis », ce nombre est un peu plus élevé, mais demeure relativement modeste avec 17 pour les hommes et 26 pour les femmes.

L’étude récente de Dunbar et de ses collègues confirme ce « noyau dur » relativement restreint de gens qui nous sont proches émotionnellement et avec qui nous avons un nombre démesuré de contacts comparativement à toutes nos autres connaissances. Elle confirme aussi une certaine variabilité interindividuelle comme celle observée sur les réseaux sociaux. Mais sa contribution la plus originale est de montrer que cette « signature sociale » propre à un individu demeure stable et conserve sa forme particulière malgré le roulement inévitable des gens qui passent dans nos vies.

Tout cela n’est pas sans rappeler l’origine de tout ce placotage (« gossip », en anglais) selon Dunbar : l’épouillage mutuel chez les grands singes, activité par excellence pour apaiser les rapports sociaux et confirmer les liens affectifs. Pas étonnant que notre cerveau soit encore limité à «épouiller électroniquement» qu’une dizaine de personnes, considérant les ressources cognitives ou simplement le temps que ça implique !

i_lien Constancy of our social signatures
a_lien Persistence of social signatures in human communication
i_lien Primates on Facebook

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.