Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 29 juillet 2013
Conférences vidéo estivales

Depuis l’invention de l’écriture jusqu’à Wikipédia que l’on consulte sur son téléphone intelligent durant une conversation pour vérifier une information, les inventions culturelles et technologiques ont toujours interagi et eu des effets sur nos capacités cognitives. C’est le cas des innombrables conférences vidéo maintenant accessibles gratuitement par Internet sur l’apport des neurosciences cognitives aux grandes questions que l’on se pose depuis des siècles sur la réalité, la subjectivité, la connaissance, etc.

Comme les vacances d’été peuvent être plus propices à surfer non seulement sur les vagues réelles mais aussi sur Internet, on vous propose cette semaine quelques portes d’entrées vers quatre vidéos de conférences données par divers spécialistes dont la pratique en sciences cognitives les a amenés à revisiter des notions philosophiques ou existentielles fondamentales.

Les deux premières sont en anglais et proviennent de deux professeurs de l’Université de Toronto qui ont fait de courtes présentations (environ 20 minutes) dans le cadre des conférences « TEDx Talk » tenues à cet endroit.

La première, de John Vervaeke, montre comment les connaissances accumulées récemment sur les mécanismes mentaux à l’œuvre par exemple durant la résolution de problèmes pourraient constituer un moment charnière dans l’histoire humaine. En nous permettant à « apprendre à apprendre » plus rapidement, elles pourraient, selon lui, nous procurer la « neuro-illumination » (« neuroenlightenment », en anglais) et la sagesse dont l’humanité aurait bien besoin pour se sortir des diverses crises qui l’accablent. Des idées provocantes mais stimulantes.

Dans la seconde conférence TEDx de l’Université de Toronto, le psychologue et clinicien Jordan Peterson nous invite à suivre le plus possible ce qui nous intéresse dans la vie afin de passer de simples honnêtes citoyen.ne.s à des êtres qui se sentent intérieurement en harmonie avec le monde extérieur. Pour ce faire, il puise des arguments dans ses deux grands champs de recherche, la psychologie des croyances, incluant la mythologie, les religions et les idéologies politiques; et la psychologie de la personnalité et les facteurs susceptibles de nous rendre créatifs.

Les deux autres présentations vidéo, en français, sont du neurologue et chercheur en sciences cognitives Lionel Naccache. Dans la première, il expose en dix minutes l’essentiel du propos de son livre « Perdons-nous connaissance? », publié en 2010, où il s’interroge sur ce qu’est la connaissance. Il soutient que dès qu’un sujet acquiert consciemment une information, il se crée une représentation de cette information qui a un sens particulier pour lui. Et par conséquent une information qui serait « objective » pour un sujet ne peut pas exister. Il dissipe ainsi une confusion commune entre connaître et acquérir des informations et montre comment la connaissance implique et engage la subjectivité.

Finalement, dans la dernière conférence beaucoup plus longue et poussée, Naccache revient sur ces notions de subjectivité, d’interprétation, de représentations mentales ou de croyances pour les éclairer de l’apport des neurosciences, et en particulier de la neuropsychologie. Car si observer un cerveau lésé ou malade et les troubles du comportement qu’il génère nous aide depuis près de deux siècles à mieux comprendre un cerveau sain, les techniques modernes d’imagerie cérébrale, bien que très puissantes et pratiques, n’ont rien enlevé à l’efficacité de la démarche neuropsychologique. Naccache le démontre bien avec l’exemple du syndrome de Capgras, une dissociation spécifique et étrange parmi tant d’autres où une personne reconnaît son conjoint mais est persuadé que c’est un sosie ou un imposteur…

Vous pouvez ensuite bien sûr suivre les “vidéos suggérés sur des sujets similaires”, mais attention de ne pas vous faire happer dans ce monde virtuel d’une richesse inouïe et de garder un pied dans la réalité !

i_lien Neuroenlightenment: John Vervaeke at TEDxUofT
i_lien Potential: Jordan Peterson at TEDxUofT
i_lien Lionel Naccache – Perdons-nous connaissance?
a_lien Neuroscience-fictions (in)conscientes : apport des neurosciences à l’étude des interprétations croyances conscientes

L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.