Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 19 novembre 2012
Des effets durables pour la méditation

Des études d’imagerie cérébrale avaient déjà démontré la méditation pouvait améliorer l’attention et aider à mieux gérer le stress. Ces résultats semblent se confirmer à travers l’étude qui vient d’être publiée dans le numéro de novembre 2012 de la revue Frontiers in Human Neuroscience. Mais là où cette étude va un peu plus loin, c’est qu’elle démontre que ces effets positifs mesurables de la méditation, testées ici sur la gestion des émotions, semble se poursuivre quand la personne n’est pas en train de méditer.

Deux types de méditations ont été étudié avec des résultats similaires : l’amygdale droite (mais pas la gauche) réagit moins à des images chargées émotivement chez des sujets ayant participé à un stage de méditation de 8 semaines (et pas chez un groupe contrôle ayant suivi un stage de durée équivalente sur l’éducation à la santé).

Ce qui est remarquable, c’est que ces effets ont été observés trois semaines après la fin du stage, alors que les gens sont revenus à leur vie normale. C’est l’apport nouveau de cette étude puisque les autres qui avaient détecté des changements d’activité au niveau de l’amygdale avaient été faites pendant que les gens méditaient dans le scan d’imagerie cérébrale.

Cela va également dans le sens de l’hypothèse voulant que la méditation induit des changements de l’activité cérébrale qui ne sont pas liés à des stimuli ou à des tâches spécifiques, et par conséquent peuvent s’avérer des transformations durables de l’activité cérébrale.

Tout cela n’est pas étranger à la  cinquième et dernière séance de la série Parlons cerveau qui aura lieu ce soir à 19h. Intitulée « Pourquoi pas la neurobio pour enfant ? », on y examinera un peu comment les neurosciences contemporaines, en apportant des données comme celles présentées dans ce billet, peuvent nous aider à mieux nous comprendre et peut-être aussi à améliorer les rapports sociaux à plus grande échelle.

i_lien Meditation Appears to Produce Enduring Changes in Emotional Processing in the Brain
a_his Effects of mindful-attention and compassion meditation training on amygdala response to emotional stimuli in an ordinary, non-meditative state
i_lien Parlons cerveau III

L'émergence de la conscience, Que d'émotions! | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.