Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 31 janvier 2011
Repenser la contribution de l’aire de Broca au langage

BrocaEn 1861, Paul Broca observe une lésion importante à l’aire frontale inférieure gauche d’un patient qui vient de décéder et qui ne pouvait prononcer d’autres syllabes que «tan», bien qu’il comprenait ce qu’on lui disait. Cette observation fut mainte fois confirmée, et «l’aire de Broca», dont la destruction conduit à l’aphasie du même nom, fut associée à la production du langage.

Mais le rôle que l’on attribue à l’aire de Broca s’est beaucoup complexifié depuis ces observations initiales. En plus de la production, elle serait également impliquée dans certains aspects sémantiques du langage. Les travaux de Peter Hagoort montrent par exemple que son association dynamique avec le cortex temporal postérieur gauche est nécessaire à la compréhension du langage.

D’autres expériences d’imagerie cérébrale suggèrent que des processus cognitifs distincts comme la reconnaissance d’un groupe de mots, la prise d’une décision grammaticale et la formulation d’une réponse verbale activent différentes sous-régions de l’aire de Broca. Ces nouvelles données neurobiologiques permettent d’élaborer des modèles fonctionnels de l’aire de Broca où la dichotomie simpliste « production / compréhension » du langage s’estompe toujours un peu plus.

i_lien Dr. Peter Hagoort: CRLMB Distinguished Lecture Series
i_lien In Milliseconds, Brain Zips From Thought To Speech
i_lien Dr. Gina Kuperberg: CRLMB Distinguished Lecture Series
a_lien On Broca, brain, and binding:a new framework
a_exp Retrieval and Unification of Syntactic Structure in Sentence Comprehension: an fMRI Study Using Word-Category Ambiguity

De la pensée au langage | 2 commentaires »


2 commentaires à “Repenser la contribution de l’aire de Broca au langage”

  1. [...] Repenser la contribution de l’aire de Broca au langage [...]

  2. kawther ben dit :

    bonjour , je suis orthophoniste de formation et j’ai travaillé sur le role de la zone de broca et plus précisément j’aire 44 de brodman qui d’apres les recherches de poldarack en 1999 est impliqué dans le maintien en memoire a court terme des attributs phonologiques du langage , et qui d’apres mes recherches pour mon memoire de fin de licence est responsable de la boucle phnologique qui en cas d’aphasie de broca donne lieu aux troubles de la repetition et des paraphasies phonémiques.