Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 14 avril 2014
À la recherche de la trace du temps perdu dans nos synapses

«Parlez-moi de moi, il n’y a que cela qui m’intéresse», disait le chanteur Guy Béart dans l’une de ses chansons. C’est au fond ce que l’on fait quand on essaie d’expliquer aux gens comment fonctionne leur cerveau, et en particulier leur mémoire épisodique. C’est en effet cette mémoire autobiographique qui nous permet de dire « moi » ou « je » (parce qu’on nous a dit « tu », ajouterais Albert Jacquart…). Partons donc cette semaine d’une expérience personnelle, puisque le sujet nous le suggère. (suite…)

Au coeur de la mémoire | Pas de commentaires


lundi, 14 novembre 2011
« Je l’ai sur le bout de la langue… »

Avoir un mot « sur le bout de la langue » est une sensation aussi familière que frustrante. Le mot est là, pas loin, on le sent, on sait qu’on le sait, mais on est incapable de le retrouver ! Pire, c’est bien souvent un autre mot, dont on sait pertinemment qu’il n’est pas le bon, qui nous vient à sa place et fait écran au premier.   (suite…)

Au coeur de la mémoire, De la pensée au langage | 6 commentaires »


lundi, 17 janvier 2011
Des souvenirs toujours reconstruits

faux-souvenirsOn a tendance à croire que nos souvenirs sont fiables et qu’ils n’ont rien à voir avec les confabulations qu’inventent les gens souffrant du syndrome des faux souvenirs. Des scénarios difficiles à trancher moralement, comme ceux développés par le psychologue Jonathan Haidt, montrent toutefois que les sujets normaux sont étonnamment prompts à inventer une explication pour justifier une posture morale intuitive comme le rejet de l’inceste. (suite…)

Au coeur de la mémoire, L'émergence de la conscience | 6 commentaires »