Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 1 mars 2021
Un exemple de l’importance de nos rythmes cérébraux

Une grande majorité de nos neurones ont une activité rythmique, c’est-à-dire qu’ils envoient des influx nerveux, puis se taisent, puis recommencent, et ainsi de suite. Ces oscillations ont différentes fréquences et constituent un moyen de communication de choix entre les neurones de notre cerveau. Mais ce qui est souvent dommage avec les rythmes cérébraux, c’est que les textbooks sur les neurosciences pour les jeunes au collège et même à l’université ne les abordent que très superficiellement, alors que c’est là que bien des mystères commencent un peu à s’éclaircir. Prenons par exemple la consolidation de nos apprentissages qui est associée à certains types d’activité nerveuse dans l’hippocampe. Bien des bouquins vont s’arrêter là. Par quel mécanisme cela pourrait se faire ? Mystère et boule de gomme. On dit que les souvenirs appris récemment vont être consolidés durant le sommeil ou reconsolidés quand on va se les remémorer, et que ça implique l’hippocampe, point. (suite…)

Au coeur de la mémoire | Pas de commentaires