Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 18 janvier 2016
Une langue étrange à l’origine d’une controverse chez les linguistes

J’ai écouté hier soir un documentaire fascinant : La grammaire du bonheur, version française de The Amazon Code (2012). Ce faisant, j’ai découvert l’un des débats les plus animés des dernières années en linguistique. Les linguistes se demanderont peut-être sur quelle planète j’étais depuis 7-8 ans et ils auront raison, d’où ce billet pour tenter de me mettre à jour (mais on ne peut pas tout suivre, n’est-ce pas ami.es linguistes qui ne connaissez peut-être pas des techniques aussi importantes et vieilles d’une décennie comme l’optogénétique ou encore la sonogénétique qui s’en vient… 😉 (voir le second lien ci-dessous)

Le film raconte l’histoire de Daniel Everett qui, dans la vingtaine, part évangéliser les Pirahãs de la forêt amazonienne, au Brésil. Everett s’aperçoit vite que cette tribu, dont il ne reste qu’environ 300 individus, parlent l’une des langues les plus étranges au monde. Non seulement elle n’a pas de mots pour les couleurs, ni pour les nombres, mais elle ne semble pas être concernée le moins du monde par le passé ou le futur ! (suite…)

De la pensée au langage | Pas de commentaires