Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






mardi, 30 janvier 2018
Notre santé physique et mentale : une question plus politique qu’on pense

Après avoir commencé l’année avec quelques billets un peu “pointus” sur des aspects computationnels des neurones, puis épistémologiques de la personne et philosophiques du vivant, j’avais promis de revenir vers des questions un peu plus générales. Et comme on est sur un site qui aspire à couvrir « tous les niveaux », on se posera une question toute simple cette semaine à propos de l’organisation sociale dans laquelle évoluent les individus de notre espèce : à quel point la pauvreté et l’isolement social nuisent-elles à la santé physique et mentale d’un être humain ?

On le sait aujourd’hui, le cerveau est le corps ne font qu’un. Il n’est donc pas surprenant que ce qui affecte l’un ait des effets sur l’autre. Mais on arrive aujourd’hui à un point où l’on se rend compte que la pauvreté et la solitude, avec tous les sévices psychiques qui viennent avec, seraient peut-être, considérés ensemble, comme ce qu’il y a de plus néfaste pour l’équilibre biologique d’une personne humaine ! (suite…)

Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


lundi, 29 juin 2015
Quand l’austérité entrave le développement normal du cerveau

Alors que la Grèce mène son combat ultime contre des mesures d’austérité économiques qui ont appauvri sa population depuis cinq ans, certains gouvernements comme celui du Québec s’entêtent à aller dans cette direction qui soulève l’opprobre populaire. La dernière en lice concernait la semaine dernière les Centres de la petite enfance (CPE) dont l’accessibilité allait être réduite par les coupes gouvernementales. À en croire certains commentateurs cependant, l’État aurait raison de ne pas se « disperser » et de dépenser là-dedans. Le problème, c’est que si c’est le développement du cerveau des individus qui importe ici, ce qui devrait être le cas, les données scientifiques vont à l’encontre des dires de ces commentateurs… (suite…)

De la pensée au langage | Pas de commentaires


lundi, 17 mars 2014
Remettre en question le droit des compagnies de nous empoisonner

Le dualisme cartésien a rendu l’âme, si vous me permettez ce jeu de mot. Corps et cerveau forment un tout. Les données de la neuroendocrinologie ou de la psycho-neuro-immunologie ne cessent de le confirmer. S’attaquer au corps, affecter sa santé, c’est donc aussi, et peut-être même avant tout, affecter la santé de notre cerveau. (suite…)

Les troubles de l'esprit | 1 commentaire


lundi, 9 décembre 2013
La pauvreté impose un « fardeau cognitif » au cerveau

À l’approche des Fêtes et de son opulence, il est de bon ton, surtout dans les grands médias, d’avoir une pensée pour « les pauvres », voire même de leur ramasser quelques cannes de conserve pour les aider à passer l’hiver. Les causes structurelles de cette pauvreté sont rarement abordées, sinon pour dire que des politiques plus progressistes seraient requises au nom de principes comme l’égalité et la solidarité.

Les neurosciences apportent cependant de plus en plus d’arguments démontrant que ce fléau peut avoir de graves conséquences non seulement sur la santé (ça, on le sait depuis longtemps), mais sur les capacités cognitives mêmes des personnes qui peinent à « joindre les deux bouts ». (suite…)

Le développement de nos facultés | Pas de commentaires


lundi, 18 avril 2011
Les effets néfastes de la pauvreté sur le cerveau

Notre cerveau est très sensible à l’environnement dans lequel il se développe, en particulier durant l’enfance. Depuis les expériences des années 1960 sur les rats élevés dans des milieux riches en stimulations sensorielles et sociales, il ne fait plus de doute qu’un environnement enrichi favorise le développement du cerveau, alors qu’un environnement pauvre le ralentit. (suite…)

Le développement de nos facultés | 4 commentaires »