Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 22 octobre 2018
Une étude sur la réaction du cerveau à l’isolement social va à l’encontre de cette pratique dans les prisons

Le nombre d’études fascinantes que je vois passer en sciences cognitives dépassant de loin ma capacité à en parler sur ce blogue, j’ai toujours une longue « liste d’attente » de sujets potentiels dans un fichier. Il n’est pas rare alors qu’un sujet d’actualité vu ou entendu dans les médias s’aligne parfaitement avec l’une de ces études en attente de diffusion et la sorte ainsi de l’ombre. C’est le cas cette semaine, avec comme élément déclencheur cette entrevue entendu hier à la radio de Radio-Canada avec Jean-Claude Bernheim, un spécialiste des questions carcérales qui commentait la fin probable du « trou » dans les pénitenciers fédéraux.

Ce qu’on appelle « le trou » en langage familier carcéral, c’est l’isolement préventif ou disciplinaire, une pratique qui consiste à placer un détenu dans une cellule à l’écart du reste de la population carcérale. Sans pratiquement aucun contact social significatif, le détenu ne dispose de rien, pas même un livre ou un crayon pour garder son esprit occupé. (suite…)

Le plaisir et la douleur, Que d'émotions! | Pas de commentaires