Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






mardi, 25 mai 2021
L’isolement social associé à la Covid-19 a des effets négatifs sur nos fonctions cognitives

Quand on y pense, ce n’est pas rien ce que les humains ont vécu durant la dernière année. Bien sûr, il y a eu tous ces morts dont plusieurs auraient pu être évités si les soins de santé étaient une véritable priorité pour nos gouvernements néolibéraux. Mais la pandémie nous a aussi fait expérimenter à divers degrés selon les pays des conditions de confinement et d’isolement social à grande échelle. Et cela dure encore, par exemple au Québec en « zone rouge », avec ce couvre-feu dont on n’a pourtant jamais pu établir l’efficacité contre la transmission de la Covid-19 d’un point de vue scientifique. Mais pour ce qui est des effets néfastes sur la santé mentale de telle mesures qui nous privent d’une part importante de nos rapports sociaux, là pas de doute, ils sont de mieux en mieux documentés. Et ce qu’on découvre, c’est que ces « dommages collatéraux » sont loin d’être légers ou banals. La dernière en ligne, publiée en mars dernier par Johanne Ingram et ses collègues, montre que c’est l’ensemble de nos fonctions cognitives qui déclinent quand on est privé d’une part importante de nos contacts avec les autres, comme ce fut le cas depuis un an. De quoi questionner bien des stratégies de contrôle de la pandémie qui étirent la sauce, par laxisme, désorganisation ou autres raisons politiques ou économiques douteuses, et nous replongent périodiquement dans cette privation de contacts sociaux. (suite…)

De la pensée au langage, Du simple au complexe | Pas de commentaires