Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






mardi, 10 avril 2018
Une protéine cryptochrome à l’origine de la magnétoréception chez les oiseaux

Peut-être dans l’espoir de faire arriver enfin le printemps (on gèle au Québec pour ce temps-ci de l’année…), voici un petit billet sur la migration des oiseaux. C’est quoi le rapport avec le cerveau ? La vie, mes ami.es, la vie… Et ses mécanismes moléculaires communs, ou distincts. En particulier ici la vision, le sens peut-être le plus important chez l’humain et chez bien des oiseaux. Surtout lors des longs parcours migratoires de nombreuses espèces d’oiseaux capables de retrouver leur aire de nidification avec une précision remarquable.

Bien qu’ils utilisent évidemment la vision pour reconnaître leur parcours, on se doute depuis près de quatre décennies que les oiseaux utilisent également le champ magnétique terrestre pour s’orienter. On a longtemps cru que c’était par l’entremise de particules de magnétite dans leur bec (chez le pigeon, par exemple), mais il semblerait que leur boussole principale soit plutôt située dans leurs… yeux ! (suite…)

Les détecteurs sensoriels | Pas de commentaires