Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 22 février 2016
Stimuler ou inactiver des régions cérébrales, d’hier à aujourd’hui

Si étudier l’Histoire peut, comme on le dit souvent, nous aider en tant que collectivité à ne pas répéter les erreurs du passé, étudier l’histoire des sciences peut de son côté nous aider à saisir à quel point la science est une entreprise collective qui avance en tenant compte elle aussi des erreurs mais également des bonnes intuitions des autres.

C’est un peu ce que je vais essayer de montrer mercredi soir prochain le 24 février lors d’une séance de l’UPop Montéral intitulée « Les intuitions de Laborit sur le cerveau » (tous les détails dans le premier lien ci-dessous). En partant de plusieurs contributions scientifiques importantes d’Henri Laborit, des antioxydants à l’inhibition de l’action, en passant par le Gamma-OH ou les cellules gliales, j’essaierai de montrer comment ces travaux de Laborit trouvent aujourd’hui un écho dans la recherche contemporaine en neurosciences.

Préparant ce cours depuis plusieurs jours, c’est avec cette démarche en tête que je suis tombé sur l’étude dont je vais vous parler aujourd’hui. (suite…)

Que d'émotions! | Pas de commentaires


lundi, 8 octobre 2012
Notre cortex frontal se démarque même au niveau génétique

Bien des recherches en neuroscience visent, au fond, à découvrir ce qui fait que nous sommes si différents des autres espèces animales, en particulier de nos cousins les grands singes. C’est le cas des travaux de Genevieve Konopka et de son équipe qui viennent  de publier des résultats intéressants sur le lobe frontal, cette région de notre cortex dont on sait déjà qu’elle nous distingue des autres mammifères par sa plus grande surface (29% du cortex chez nous, contre 17% chez le singe rhésus, 7% chez le chien et 3,5% chez le chat).

Konopka et son équipe ont travaillé au niveau de l’expression des gènes des différents neurones qui composent ce cortex frontal chez l’humain. En comparant les gènes qui étaient exprimés (donc actif) dans le cortex frontal humain avec ceux du cortex frontal de chimpanzé et de maquaque, les généticiens ont constaté que de nombreux gènes s’exprimaient de manière spécifique dans le cortex frontal humain versus celui des deux autres primates. (suite…)

Du simple au complexe, Le développement de nos facultés | Pas de commentaires


lundi, 2 avril 2012
Intuition et créativité : quand le non optimal devient optimal

La créativité humaine est l’une des choses les plus étonnantes qui soient. Depuis quelques semaines au Québec par exemple, nous sommes quotidiennement ébahis par les formes multiples et colorées que prennent les actions contre la hausse des frais de scolarité envisagée par le gouvernement. Que se passe-t-il dans le cerveau quand on a de ces bonnes idées ? On pourrait croire que c’est le fruit d’une grande concentration et d’une attention soutenue. Qu’il s’agit là de la façon la plus efficace de voir des liens entre des choses qui n’en ont apparemment pas. Mais il semble que le cerveau procède autrement et choisit une autre voie, apparemment bien moins optimale… (suite…)

Le développement de nos facultés | 4 commentaires »