Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






lundi, 2 mai 2016
On n’attrape pas une balle en calculant sa trajectoire mais en bougeant

J’aimerais vous parler aujourd’hui d’un problème classique tant pour le joueur de baseball que pour les gens en sciences cognitives. Et la façon dont le premier résout ce problème a aidé les seconds à mieux comprendre le rôle important du corps dans la cognition.

Le problème est le suivant : comment le joueur de baseball s’y prend-t-il pour attraper une balle frappée haut dans les airs ? Surtout quand celui-ci est au champ centre et que la balle franchit une longue trajectoire parabolique l’amenant à tomber à plusieurs mètres du joueur. Comment fait-il pour calculer cette trajectoire et aller se placer en quelques secondes au bon endroit pour l’attraper ? C’est ce que l’on désigne par l’expression consacrée anglaise le « outfielder problem » (bon, si vous êtes plutôt un fan de soccer comme moi, imaginez plutôt un joueur qui réussit à faire une tête sur le long dégagement d’un gardien de but…). (suite…)

Le corps en mouvement | Pas de commentaires