Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 30 avril 2012
Se repérer sur le cortex grâce aux aires de Brodmann

Korbinian Brodmann, neurologue allemand né en 1868 et mort en 1918,  fait partie de ces explorateurs qui, tels des Marco Polodu cerveau, ont tenté de cartographier le continent cérébral. Il est célèbre pour avoir subdivisé le cortex cérébral en 52 régions distinctes en fonction de ce qu’on appelle leurs caractéristiques cytoarchitectoniques. De quoi s’agit-il ? Simplement de la façon dont sont organisés les différents types de neurones qui forment la surface plissée du cerveau que l’on appelle le cortex. 

L’intuition de Brodmann, qui s’est vue fréquemment confirmée par la suite, était que cette organisation n’était pas sans rapport avec l’activité fonctionnelle des différentes aires corticales. Certaines des six couches du cortex sont par exemple plus épaisses dans les régions sensorielles du cortex, comme dans l’aire 17 de Brodmann, qui reçoit les axones du corps genouillé latéral du thalamus en provenance de la rétine, qui correspond au cortex visuel primaire. Ou encore l’aire 4 de Brodmann, dont les axones de la couche des grosses cellules pyramidales vont rejoindre les motoneurones de la moelle épinière, et qui se confond au cortex moteur primaire.

Il n’est pas toujours aussi facile de trouver de l’information précise sur les 50 autres aires de Brodmann. Voilà pourquoi la synthèse qu’en offre le site web Psychologie cognitive et neurosciences est précieuse (voir le lien ci-bas). Les numéros de 1 à 52 correspondants aux différentes aires sont cliquables et fournissent des fiches avec non seulement une image de la localisation de l’aire sur le cerveau, mais aussi une foule d’autres propriétés de cette aire (frontières, fonctions associées, effet d’une lésion à cet endroit, etc.). Bref, une page fort utile à garder sous la main puisque les aires de Brodmann constituent encore une référence en terme de localisation cérébrale.

i_lien Se repérer dans le cerveau

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.