Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Mardi, 11 octobre 2011
Le « Dieu » Apple et ses dévots

Quelques jours après le décès de Steve Jobs, le logo d’Apple était transformé en « Saint Suaire » par ses fans pour lui rendre hommage. L’association avec le célèbre artefact religieux peut sembler exagérée, mais pas selon une l’étude d’imagerie cérébrale rapportée par la série documentaire de la BBC « Secrets of the Superbrands ».

Considérant le véritable culte que vouent certaines personnes à de grandes marques comme Apple, des scientifiques anglais se sont demandé si l’analogie avec la religion ne serait pas autrement plus profonde. Ils étaient en particulier curieux de voir quelles sont les régions du cerveau qui modifient leur activité neuronale quand l’un de ces individus fanatiques voit un produit Apple.

Ils ont trouvé le sujet idéal en la personne de Alex Brooks, qui tient un blog sur les produits Apple et a assisté à 30 ouvertures de magasin Apple à travers le monde. M. Brooks a donc accepté de subir un scan en imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) tandis qu’il regardait ses produits préférés et d’autres qui n’en étaient pas.

L’analyse des images recueillies montre que le cerveau des inconditionnels de la pomme en pâmoison devant leur gadget a une signature neurologique très proche de celle des dévots les plus croyants ! Ces régions étaient connues grâce à des études antérieures où de fervents croyants avaient accepté eux aussi qu’on scrute leur cerveau, et certains même lorsqu’ils se remémoraient une expérience mystique.

Science et religion ne font pas toujours bon ménage, comme en fait foi les attaques du créationnisme contre la théorie de l’évolution. Mais à en croire l’évêque de Buckingham, qui lit sa bible sur son iPad (!) et qui est interviewé dans la série, les points de rencontre sont plus fréquents qu’on ne le croit. Comme il le fait remarquer, l’Apple Store de la place Covent Garden, à Londres, n’est-il pas conçu un peu comme une église, avec son design austère,  ses planchers en pierre et ses autels dédiés aux saints produits ?

i_lien L’effet d’Apple sur le cerveau de ses fans comparable à celui d’une religion
i_lien Apple stimulates brain’s religious responses, claims BBC
i_lien Superbrands’ success fuelled by sex, religion and gossip
d_lien Secrets of the Superbrands

 

Les troubles de l'esprit | 1 commentaire


Un commentaire à “Le « Dieu » Apple et ses dévots”

  1. La religion en elle même revêt tous les attributs d’une bonne campagne de communication qui dure depuis des siècles, la plupart des agences de publicités ne se privent d’ailleurs pas pour en étudier les mécanismes, si bien que l’art du story telling en est une redécouverte.
    En partant de ce constat il n’est pas surprenant du tout de concevoir qu’il puisse y avoir une région cérébrale qui soit plus stimulée qu’une autre chez les fanatiques quels qu’ils soient, je suis même prête à parier sans avoir lu l’étude que les centres du plaisir y sont bien plus actifs … Est ce que ça veut dire que la religion et la cocaïne partagent des propriétés communes pour autant ?
    Je crois que cette étude n’a d’intérêt qu’en Amérique du nord dans un contexte ou la religion comme la publication scientifique se parent des habits du marketing essentiellement pour faire parler d’eux.