Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 18 avril 2011
Les effets néfastes de la pauvreté sur le cerveau

Notre cerveau est très sensible à l’environnement dans lequel il se développe, en particulier durant l’enfance. Depuis les expériences des années 1960 sur les rats élevés dans des milieux riches en stimulations sensorielles et sociales, il ne fait plus de doute qu’un environnement enrichi favorise le développement du cerveau, alors qu’un environnement pauvre le ralentit.

Chez l’humain, on ne compte plus les études qui montrent qu’un faible statut socio-économique, habituellement associé à un environnement appauvri, altère des fonctions comme l’attention, la mémoire de travail, les capacités langagières, le contrôle de soi, etc. Sans parler des effets globaux néfastes des inégalités sociales sur la santé, avec des espérances de vie de 10 ans de moins dans les quartiers pauvres comparés aux quartiers riches d’une ville comme Montréal (Québec), par exemple…

Au dernier congrès de la Société pour les neurosciences à San Diego à l’automne 2010, Helen Neville, de l’Université de l’Oregon, est venu présenter ses travaux sur les cerveaux d’enfants de 3 à 5 ans grandissant dans des milieux pauvres. Bien sûr elle observe les ralentissements cognitifs habituels chez les enfants négligés. Mais elle montre aussi qu’il est possible, en sensibilisant les parents et en travaillant l’attention et le contrôle de soi avec les enfants, de diminuer leurs problèmes de comportement et d’améliorer leurs habiletés cognitives et sociales.

Cette chercheuse est aussi responsable du site web « Changing Brains » qui comprend une douzaine de vidéos sur des conditions simples à favoriser pour assurer le développement harmonieux d’un jeune cerveau.

i_lien Neuroscience exposes pernicious effects of poverty
i_lien Changing Brains

Le développement de nos facultés | 4 commentaires »


4 commentaires à “Les effets néfastes de la pauvreté sur le cerveau”

  1. esperanza dit :

    voila une reponse a des questions que je me posais…

  2. Francine dit :

    Je fais l’adaptation d’un livre américain sur la pauvreté, le cerveau et l’éducation. Existe-t-il des recherches québécoises sur le sujet?

  3. young dit :

    je voudrais trouver les infos complémentaires en espagnol ou français

  4. [...] ou de hamburgers en spécial, c’est encore une fois s’attaquer aux victimes, souvent de milieux pauvres de surcroît, qui n’ont pas les moyens de résister à la propagande de la malbouffe tolérée par [...]