Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 10 janvier 2011
L’effet phi n’est pas l’effet bêta !

illusionLa science n’est pas épargnée par des erreurs historiques qui peuvent avoir des répercussions pendant des décennies. C’est le cas de l’effet phi qui a longtemps été confondu avec l’effet bêta jusqu’à ce que Robert M. Steinman et ses collaborateurs ne publient leur clarification en 2000.

La première description de l’effet phi se retrouve dans « Experimental Studies on the Seeing of Motion », un livre publié en 1912 par l’un des pères de la psychologie de la forme (Gestalt), Max Wertheimer. Le problème c’est que Wertheimer ne décrit pas de façon précise les conditions d’apparition de cet effet phi dans son livre. Il dit que le phénomène apparaît lors de la projection successive très rapprochée dans le temps de deux lignes sur un écran. Cela donne alors l’impression, dans certaines conditions d’observation qui demeurent imprécises, qu’une zone floue de la couleur du fond bouge entre les deux lignes.

Ce « mouvement apparent pur », Wertheimer le distingue dans son livre d’un autre type de mouvement apparent appelé bêta. L’illusion de mouvement bêta est elle aussi causée par la présentation successive d’images fixes, mais à un rythme plus lent, comme celui des images fixes d’un film ou d’un vidéo qui nous donnent l’impression d’un mouvement continu.

Or justement, la plupart des manuels et des sites web de cinéma ou de psychologie (dont celui-ci jusqu’à ce jour…) renvoient encore à l’effet phi et non à l’effet bêta pour expliquer le mouvement apparent au cinéma. Dans son article, Steinman pointe une source d’erreur qui pourrait être à l’origine de cette confusion.

Il s’agit d’un autre livre publié en 1942 par E.G. Boring, « Sensation and Perception in the History of Experimental Psychology ». Ses descriptions des observations de Wertheimer sur l’effet phi et bêta sont correctes, mais Boring  se trompe en affirmant que l’effet phi peut être observé avec un rythme de succession plutôt lent des images, alors que c’est en réalité avec un rythme très élevé, proche de la simultanéité, que l’on peut l’observer. Comme l’ouvrage de Boring a eu une grande influence par la suite, Steinman pense que c’est cette étrange erreur, ainsi que la description originale pas complètement claire, qui aurait fait prendre à des générations l’effet bêta pour l’effet phi.

Pour l’anecdote, c’est en cherchant à reproduire l’effet phi devant ses étudiants pour les convaincre de son originalité que Steinman s’est rendu compte de l’erreur de Boring. Et c’est en préparant une conférence sur la vision pour des étudiants que je suis tombé sur l’article de Steinman. Comme quoi l’enseignement peut parfois débusquer les erreurs du passé, pas seulement les reproduire…

a_lien Phi is not beta, and why Wertheimer’s discovery launched the Gestalt revolution
a_lien Magni-phi and related phenomena
i_lien Phi phenomenon
i_lien Beta movement

Les détecteurs sensoriels | 1 commentaire


Un commentaire à “L’effet phi n’est pas l’effet bêta !”

  1. [...] Illusions rétiniennes Cinéma et effet bêta Phi n’est pas bêta [...]