Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 16 mai 2011
Du bon usage des jurons

Le caractère universel des jurons et de mots tabous dans toutes les langues humaines a retenu l’attention, il y a quelques années, du psychologue cognitiviste de Harvard, Steven Pinker. Dans son livre « The Stuff of Thought: Language as a Window into Human Nature », Pinker propose que l’emploi de mots vulgaires servirait à imposer des émotions négatives à son interlocuteur en stimulant à son insu des régions primitives de son cerveau. Les mots tabous activeraient ainsi davantage l’hémisphère droit que le gauche, les ganglions de la base (pour la production) et l’amygdale (pour la perception). (Lire la suite…)

L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Lundi, 9 mai 2011
Conflits socio-politiques et imagerie cérébrale

Jusqu’au début des années 2000, les techniques d’imagerie cérébrale ont surtout été utilisées pour confirmer l’implication de structures cérébrales déjà associées à des fonctions bien documentées (mouvement, vision, langage, etc.). Par la suite, ces techniques non invasives gagnant en accessibilité, d’autres fonctions plus complexes ont été explorées.

De la compassion à l’amour, en passant par la méditation ou le plaisir intellectuel, on a ainsi découvert de nombreux circuits neuronaux spécifiques à différentes fonctions supérieures. Récemment, on a même démontré que le biais négatif qu’entretenaient des Arabes et des Israéliens les uns envers les autres était corrélé avec l’activité de leur précunéus (PC sur l’image ci-haut), une régions du cortex pariétal ! (Lire la suite…)

Au coeur de la mémoire | Pas de commentaires


Mardi, 3 mai 2011
L’optogénétique: des neurones contrôlés par la lumière

Parmi les nouvelles techniques mises au point ces dernières années en neurosciences, peu ont fait autant jaser que l’optogénétique. Cet étrange mariage entre l’optique et la génétique permet de contrôler l’activité de populations entières de neurones dans le cerveau d’animaux vivants avec un simple rayon lumineux. Une technique peu invasive et précise à la milliseconde dont on n’aurait même pas osé rêver il y a une décennie ou deux ! (Lire la suite…)

Du simple au complexe, Que d'émotions! | Pas de commentaires


Mercredi, 27 avril 2011
Les débuts de la neurochirurgie moderne

La forme la plus ancienne de neurochirurgie est probablement la trépanation, qui consistait à percer le crâne pour permettre aux esprits malins de sortir du cerveau. On a par exemple retrouvé le crâne d’une jeune fille trépané au silex environ 3500 avant J-C. Et ce qu’il a de remarquable, ce sont les marques de cicatrisation qui suggèrent qu’elle aurait survécu à cette trépanation.

La neurochirurgie moderne ne naîtra véritablement qu’à la fin du XIXe siècle, lorsqu’on ouvrira les méninges pour intervenir directement sur le cerveau. Mais les premiers pas de la neurochirurgie furent difficiles : le taux de survie pour toute procédure chirurgicale impliquant l’ouverture du crâne n’était que de 10 % ! (Lire la suite…)

Les troubles de l'esprit | Pas de commentaires


Lundi, 18 avril 2011
Les effets néfastes de la pauvreté sur le cerveau

Notre cerveau est très sensible à l’environnement dans lequel il se développe, en particulier durant l’enfance. Depuis les expériences des années 1960 sur les rats élevés dans des milieux riches en stimulations sensorielles et sociales, il ne fait plus de doute qu’un environnement enrichi favorise le développement du cerveau, alors qu’un environnement pauvre le ralentit. (Lire la suite…)

Le développement de nos facultés | 3 commentaires »