Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 4 avril 2011
Dépoussiérer le « cerveau triunique » et le « système limbique »

Il y a des concepts, en neurosciences comme ailleurs, qui sont si pratiques qu’il ne nous vient plus à l’esprit de les remettre en question. Pourtant, rien n’étant acquis définitivement en science, quoi de plus normal que de vouloir périodiquement les dépoussiérer un peu ! (Lire la suite…)

Le bricolage de l'évolution | Pas de commentaires


Lundi, 28 mars 2011
Synchroniser nos neurones pour syntoniser notre pensée ?

oldradioComme le pendule d’une horloge oscille pour marquer le temps, nos réseaux de neurones oscillent ensemble pour faciliter l’encodage de certains souvenirs. C’est du moins l’une des fonctions que l’on attribue à ce phénomène grandement préservé au cours de l’évolution dans le règne animal. D’où l’intérêt croissant pour ces oscillations neuronales qui rendent possible un codage temporel de l’information. Un outil précieux qui s’ajoute aux nombreuses représentations spatiales du corps et du monde extérieur dans le cerveau. (Lire la suite…)

Au coeur de la mémoire, L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Lundi, 21 mars 2011
Des gènes à la cognition, comme du moléculaire au social

Les sites web sur le cerveau structurés en fonction des différents niveaux d’organisation du vivant, afin de ne jamais perdre de vue cette notion fondamentale, sont assez rares. Étant donné le travail d’écriture supplémentaire que cela exige, on comprend un peu pourquoi. Mais quelques rédacteurs zélés (ou naïfs ?) se sont aventurés sur cette voie, qui donne par exemple… Le cerveau à tous les niveaux !

Mais vu leur rareté, il serait dommage de passer sous silence une autre tentative en ce sens qui existe depuis quelques années. Il s’agit du site Genes to Cognition Online (premier lien ci-bas, en anglais). (Lire la suite…)

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Lundi, 14 mars 2011
Pourquoi vous n’êtes pas seulement votre cerveau

Dans l’introduction de leur livre de 1991 intitulé The Embodied Mind (en français, L’Inscription Corporelle de l’Esprit, 1993), Francisco Varela, Evan Thompson et  Eleanor Rosch notent que les sciences cognitives, au moment de la publication de leur ouvrage, n’ont pas grand-chose à dire sur ce que signifie « être humain dans les situations concrètes de la vie de tous les jours ».

Cette critique s’adressait directement au paradigme dominant voulant que notre cerveau fonctionne un peu comme un ordinateur, avec input, traitement de l’information, représentation symbolique, output, etc. Au contraire, l’approche que Varela et ses collègues proposent, celle de « l’énaction », montre à quel point notre raisonnement dépend du corps que nous avons et du contexte environnemental dans lequel ce corps est situé. (Lire la suite…)

L'émergence de la conscience, Le corps en mouvement | Pas de commentaires


Lundi, 7 mars 2011
Nos neurones miroirs préfèrent nos mouvements préférés

Cette semaine, une étude qui date déjà de quelques années, mais qui introduit bien ces neurones souvent qualifiés d’étranges que sont les neurones miroirs.

Les neurones miroirs ont été identifiés dans la région « motrice » du cortex frontal du singe au début des années 1990, par Giacomo Rizzolatti. Ces neurones s’activaient non seulement quand le singe exécutait une action avec la main ou la bouche (ce qui est normal pour des neurones « moteurs »), mais aussi, et c’est là leur particularité, quand le singe ne faisait que regarder l’un de ses congénères exécuter la même action (donc sans que lui-même ne bouge) ! D’où le nom de neurones miroirs qui leur a été attribué. (Lire la suite…)

Le corps en mouvement | Pas de commentaires