Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 20 février 2017
Sept films d’Hélène Trocme-Fabre comme autant de trésors à redécouvrir

Je voudrais aujourd’hui vous parler d’une série de sept documentaires, une œuvre magistrale qui était encore difficilement accessible il y a quelques années, mais qu’on peut maintenant visionner sur Internet gratuitement. Il s’agit de la série « Né pour apprendre » d’Hélène Trocme-Fabre réalisée par Daniel Garabédian au début des années 1990.

Avant de vous parler de la valeur inestimable de ces sept films d’environ une demi-heure chacun, un mot sur son auteure, Hélène Trocme-Fabre dont j’ai déjà parlé ici et , et que j’ai eu le plaisir de rencontrer il y a quelques années dans le cadre de mon film sur Henri Laborit puisqu’elle y fait un vibrant témoignage. Elle y raconte d’ailleurs un peu son parcours atypique (vers la 5e minute de la partie 3 de 6) de phonéticienne, d’angliciste, de linguiste, d’éducatrice et d’auteure. Mais elle demeure surtout pour moi l’une des premières grandes vulgarisatrices des sciences cognitives en sol français. Et pas seulement des « neurosciences mainstream », comme on pourrait les appeler (ce qui fut déjà un exploit dans les années ’70 et ’80 dans cet Hexagone très cartésien), mais surtout des sciences énactives, l’une des approches les plus florissantes des sciences cognitives du XXIe siècle. Il faut dire qu’Hélène a co-traduit en français « L’arbre de la connaissance » d’Humberto Maturana et Francisco Varela, ce qui a dû lui donner quand même une longueur d’avance sur ses contemporain.es !

Pour en revenir à sa série documentaire, elle est essentielle pour qui veut comprendre la transition qui s’est opérée lentement mais sûrement à la fin du XXe siècle entre des sciences cognitives basées sur la métaphore de l’ordinateur* à des sciences cognitives inspirées des principes de l’auto-organisation, de l’émergence, de l’autonomie, de l’action et du couplage avec l’environnement. On ne peut donc que remercier le Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur (CERIMES) dont, selon le site web, les activités ont été transférées le 31 décembre 2014 à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), d’avoir rendu accessibles ces films qui sont accompagnés d’un livret pédagogique en pdf que l’on peut consulter sur la page du CERIMES de chacun des films. Ce souci d’éducation populaire est d’ailleurs constant dans la démarche d’Hélène Trocme-Fabre et mérite d’être souligné.

Que dire pour présenter un projet si ambitieux et fort réussi ? D’abord peut-être sa dédicace, qui donne le ton : « Ce film est dédié aux enfants de l’univers, c’est-à-dire… nous ! ». Ensuite peut-être la recommandation au début de chaque livret d’accompagnement, à savoir que l’ordre des sept films est celui de l’évolution et du développement de notre relation à l’environnement, et donc qu’il est conseillé de les visionner dans l’ordre.

Pour cette raison, je crois que la meilleure présentation que je peux leur donner est de simplement retranscrire ici dans l’ordre leur titre et leur synopsis (car sur le site du Portail du numérique dans l’enseignement supérieur qui permet de trouver les sept films sur le Net, et que M. Dominique Volant m’avait signalé (merci encore d’ailleurs!), ils ne sortent pas en ordre). Cette lecture à elle seule est des plus inspirantes pour comprendre l’évolution de cet être toujours en train d’apprendre et de connaître qu’est l’être humain (qu’est tout être vivant en fait, d’où l’importance, entre autres raisons pour Trocme-Fabre, de la métaphore de l’arbre que l’on voit au début de chaque film).

Voici donc la liste de ces trésors de « Né pour… » avec de nombreux scientifiques qui ont laissé leur marque et dont le propos est souvent illustré par une réalisation inspirée (dont la forme date un peu, je vous l’accorde, mais cela ajoute à son charme !). Chaque lien est cliquable et donne accès directement au film. Bon visionnement, et on aura sûrement l’occasion de s’en reparler (notamment de Francisco Varela qui est loin d’avoir fini de m’inspirer…) !

1) Né pour découvrir avec Boris Cyrulnik

Le savoir-observer est à ré-apprendre : voir, entendre, toucher, se mouvoir, exister dans notre environnement, percevoir pour s’enraciner et « appartenir » : l’enfant sait, l’adulte ne sait plus. Apprendre à éviter les certitudes bien ancrées, la contextualisation forcenée, la focalisation excessive qui ne voit qu’à bout portant.

2) Né pour reconnaître les lois de la vie avec Basarab Nicolescu

Nous ne pouvons plus ignorer les lois du vivant et du contexte dans lequel la vie est apparue, en particulier la complexité, l’hétérogénéité, l’évolution, les rythmes… Nous sommes par essence les acteurs de l’alternance entre notre potentiel et son actualisation, et ce, tout au long de la vie.

3) Né pour organiser avec Francisco Varela

Le savoir-organiser (sélectionner, classer, comparer, généraliser, abstraire, coder) est une exigence biologique de notre cerveau. On ne peut enfermer l’humain dans une conception linéaire, causaliste, symétrique sans risquer de le priver de son immense potentiel de connectivité, de flexibilité, et de mémoires.

4) Né pour créer du sens avec Francisco Varela

Tout ce que nous percevons, pensons, imaginons est biographique, c’est-à-dire résulte de notre couplage avec l’environnement. L’information n’existe pas en soi. Nous devons recadrer notre langage, repenser l’autonomie ? Le moteur de notre logique de connaissance est notre capacité de sélection et de décision. Un horizon nouveau s’ouvre.

5) Né pour choisir avec Albert Jacquard et André de Peretti

L’enfermement dans un projet dont l’objectif a été imposé n’appartient pas à la dynamique du vivant. S’engager pour s’approprier son projet permet d’assurer le besoin existentiel de relier son contexte à son système de valeurs (Au nom de quoi je construis ?). Etape essentielle dans un parcours éducatif et de formation.

6) Né pour innover avec J. Didier Vincent

Savoir créer, c’est savoir différencier, enrichir, adapter, intégrer l’inattendu, faire place à l’imagination. En d’autres termes, c’est utiliser les capacités fondamentales de notre cerveau : connectivité, sélectivité, flexibilité, complémentarité, rythmes… Les racines du langage, du récit, de l’écriture et de la lecture plongent dans ce terreau. Mission première de tout éducateur : faire vivre le geste créateur sans lequel il ne peut y avoir de véritable échange.

7) Né pour échanger avec Bertrand Schwartz

Equilibrer l’axe donner recevoir dans l’apprentissage et la communication ; garantir le temps de questionnement, d’intégration, de participation, de responsabilisation, assurer l’espace du dialogue entre les acteurs de la situation éducative. C’est la démarche proposée à partir d’expériences vécues avec des jeunes qui découvrent que la qualification se construit au cours de l’action et dans l’échange.

* * *

* Sur la métaphore cerveau ordinateur, je vous signale que c’est ce soir le premier cours de l’UPop Montréal « Au cœur de la machine: Démystifier l’informatique et son impact sur la société ». L’ordinateur sur lequel vous lisez ces lignes, vous savez comment il fonctionne, de quoi il est fait ? Pas sûr hein ?… Si vous voulez le savoir, venez donc à ce premier cours offert par Mathieu Petitpas à l’Auditoire !

Et une fois que vous comprendrez comment fonctionne un ordinateur, vous serez prêt à assister au premier cours « Pourquoi le cerveau a besoin du corps et de l’environnement pour penser » que j’aurai le plaisir de donner le 19 avril toujours dans le cadre de l’UPop Montréal et qui tentera de montrer à quel point le cerveau humain ne fonctionne pas, justement, comme un ordinateur…

Du simple au complexe | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.