Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 8 août 2016
Pour mieux retenir, attendez quelques heures, puis allez courir !

C’est toujours l’été et comme vous peut-être j’essaie de profiter au maximum de la belle saison. D’où cette randonnée en montagne que je ferai les prochains jours et dont l’organisation me contraint à faire court sur ce blogue cette semaine. Je m’en remettrai donc une fois de plus à une étude de circonstance signalée par le toujours pertinent Deric Bownds, étude de Eelco V. van Dongen et ses collègues intitulée: « Physical Exercise Performed Four Hours after Learning Improves Memory Retention and Increases Hippocampal Pattern Similarity during Retrieval ».

En gros, pour paraphraser le titre du billet de Bownds : pour mieux vous souvenir d’une association nouvelle que vous venez de faire, attendez une couple d’heure, puis aller faire de l’exercice ! C’est en effet ce groupe de sujets qui ont eu les meilleurs performances dans un test de rappel deux jours après la tâche et l’exercice (fait 4 heures après). Les deux autres groupes contrôles, celui où les gens ont fait l’exercice immédiatement après la tâche et celui où les gens n’ont pas fait du tout d’exercice ont en effet moins bien réussi le test de rappel.

Comme l’indique les auteurs de l’article, la persistance de la mémoire à long terme dépend de processus de consolidation qui semblent dépendre à leur tour de substances neuromodulatrices comme la dopamine, la noradrénaline ou le « brain-derived neurotrophic factor » (BDNF). Sans le relâchement de telles substances peu de temps après un apprentissage, celui-ci sera vite oublié. Or plusieurs études récentes ont montré que l’exercice physique stimule la libération de tels facteurs de consolidation chez l’humain. Il semble donc que cette étude confirme le bien-fondé de ce phénomène et ouvre des perspectives concrètes dans un contexte éducatif.

J’allais conclure là-dessus lorsque je me suis rappelé cette autre étude dont je vous avais parlé il y a un mois : « Exercise promotes the expression of brain derived neurotrophic factor (BDNF) through the action of the ketone body β-hydroxybutyrate ». L’équipe de Sama F. Sleiman expliquait comment ils avaient compris que c’est à partir d’une substance qui se forme durant un exercice intense chez la souris que va pouvoir être produit le fameux BDNF qui favorise le développement de nouvelles cellules nerveuses dans l’hippocampe, et par le fait même la mémoire.

On n’arrête pas le progrès, comme disait l’autre. Et encore moins notre compréhension des effets bénéfiques de l’exercice sur la santé…

i_lien To remember something better, wait, then exercise.
a_exp Physical Exercise Performed Four Hours after Learning Improves Memory Retention and Increases Hippocampal Pattern Similarity during Retrieval

Le corps en mouvement | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.