Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 25 juillet 2016
À la mémoire d’un pionnier des neurosciences cognitives : Walter J. Freeman III

Un personnage important des neurosciences cognitives est décédé en avril dernier sans que les grands médias ne le soulignent. Walter J. Freeman, véritable pionnier de notre compréhension actuelle du cerveau comme un système dynamique, nous a en effet quitté à l’âge de 89 ans. Les grands médias, toujours plus préoccupé par le sensationnalisme qui fait vendre de la copie que par une réelle compréhension du monde, se souviendront sans doute davantage de son père au nom identique qui popularisa les lobotomies controversée (et souvent fatales…) des années ’40 et ‘50… Mais Walter J. Freeman III (pour le distinguer de son père qui était « II »…) sut tracer une voie fort différente et unique comme le raconte Joel Frohlich dans l’article « Chaos, Meaning, and Rabbits: Remembering Walter J. Freeman III » que je vous propose aujourd’hui (premier lien ci-dessous).

Une voie qui le fit passer par des disciplines aussi variées que les mathématiques, la physique, la philosophie, l’électronique ou la médecine. Pas étonnant alors que cette pensée ait pu accoucher d’une conception générale du fonctionnement du cerveau en opposition complète, sur plusieurs points, à la conception cognitiviste dominante de la seconde moitié du XXe siècle.

C’est en utilisant le système olfactif du lapin et en l’analysant ni au niveau des neurones individuels, ni au niveau de l’activité globale de son cerveau mais à un niveau intermédiaire qu’il a pu jeter les bases, en s’inspirant de concepts de la physique du chaos (comme les oscillations ou les attracteurs étranges), de ce domaine de recherche qu’on appelle aujourd’hui la neurodynamique. Comme l’explique l’article de Frohlich qui comporte une brève introduction accessible à la physique du chaos, on a longtemps cru que l’activité du cerveau s’apparentait au chaos au sens trivial de désordre ou de « bruit ». Mais Freeman a justement montré que c’était plutôt quelque chose d’extrêmement complexe mais d’ordonné en même temps, avec des propriétés permettant au cerveau d’avoir cette flexibilité correspondant à la rapide succession de nos états mentaux. En d’autres mots, ceux de Freeman comme le rappelle Frohlich, « le cerveau est constamment en train de basculer entre différents attracteurs. »

Voilà sans doute pourquoi, dans la fameuse carte de l’état des lieux des sciences cognitives dressée en 1991 par Francisco Varela, Freeman est le neurobiologiste qui se retrouve le plus à l’avant-garde de l’approche dynamique incarnée devenue aujourd’hui incontournable dans les sciences cognitives modernes.

i_lien Chaos, Meaning, and Rabbits: Remembering Walter J. Freeman III
i_lien Neurophysiologist and philosopher Walter Freeman dies at 89

L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.