Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 29 février 2016
Les bienfaits de l’apprentissage de la musique

Cherchant dans le dossier où j’accumule des liens le sujet d’aujourd’hui, j’en remarque trois récents qui portent sur la musique. Alors « en avant la musique » pour un autre billet sur la musique !

Le premier est une petite vidéo de 4 minutes sur le site Knowing Neurons où l’on décrit d’abord sommairement, et de façon très simplifiée, l’implication de différentes régions du cerveau dans l’écoute musicale.

Pour aller plus loin dans ce domaine, je vous signale tout de suite l’étude de Norman-Haignere, Kanwisher, and McDermott publiée dans la revue Neuron en décembre dernier et rapportée par Deric Bownds, scientifique et… pianiste. On y rapporte l’existence d’une petite région du cortex auditif qui répond à absolument tous les types de musique et ce, indépendamment des propriétés générales des sons de la pièce musicale, comme la fréquence.

Mais pour en revenir à la vidéo, on entre ensuite dans le vif du sujet avec 5 énoncés sur le cerveau et la musique qui sont appuyés par des études dont les références complètes sont données sur la page en-dessous de la vidéo.

On y montre ainsi à quel point la connotation émotive d’une musique influence notre jugement sur l’état émotionnel d’un visage, par exemple. Une musique  triste nous fera percevoir l’expression d’un visage comme plus triste, et une musique joyeuse comme plus joyeuse. Le cinéma a compris ça depuis longtemps…

On déboulonne ensuite le mythe de la musique de Mozart qui rendrait plus intelligent. On rappelle qu’en 1993, une équipe avait démontré que des sujets ayant écouté de la musique de Mozart pendant 10 minutes performaient mieux dans une tâche de raisonnement visuo-spatiale. Le problème, c’est que les médias se sont emparés de l’affaire et se sont mis à généraliser à outrance en disant que ça augmentait tout simplement l’intelligence, un concept on ne peut plus flou d’ailleurs !

En se basant sur des articles scientifiques récents, on montre ensuite que la musique peut améliorer plusieurs autres habiletés motrices, cognitives ou émotionnelles. Et ce point va me permettre de sauter directement au dernier lien dont je voulais vous parler (je vous laisse découvrir les points 4 et 5 de la vidéo…).

Car l’étude sur laquelle John Medina, du site Brain Rules, s’appuie pour répondre par l’affirmative à la question « Recommandez-vous des cours de musique aux enfants ? » est assez éloquente. Elle montre en effet que la pratique musicale peut avoir un effet bénéfique sur le développement psychosocial de l’enfant.

Médina commence par rappeler que l’un des meilleurs facteurs prédictifs du bonheur et du bien-être d’un individu est le nombre de relations humaines positives qu’il va avoir dans sa vie. Et l’une des meilleures façons de créer de telles relations, autrement dit de se faire des ami.es, c’est d’être capable de ressentir et de démontrer de l’empathie pour autrui.

Or l’étude en question montre que la musique augmente l’empathie chez l’enfant, et donc ses chances d’avoir plus d’ami.es dans la vie. L’étude n’est pas citée comme telle par Medina, mais quelques mots clés m’ont permis de la trouver facilement. Publiée en 2012 dans Psychology of Music, elle est de Tal-Chen Rabinowitch et al. et s’intitule « Long-term musical group interaction has a positive influence on empathy in children”.

L’expérience va comme suit. On a pris un groupe d’enfants de 8 à 11 ans et on a évalué leur niveau d’empathie par un test en début d’année, puis en fin d’année. Entre les deux, le tiers des enfants ont suivi des cours de musique et toutes sortes d’activités musicales, le tiers ont eu droit à des activités avec aussi beaucoup d’interactions mais sans musique, et le dernier tiers n’a rien eu de plus que leurs cours réguliers.

Et donc, vous vous en doutez, le tiers qui avait eu la formation musicale démontrait une plus grande empathie que les deux autres groupes une année plus tard. Ils étaient aussi meilleurs pour imiter des expressions faciales et décodaient plus facilement l’information émotionnelle chez les autres (une analyse de ces résultats comportant un bémol peut être lue dans le dernier lien ci-dessous).

Tout comme la lecture de roman ou l’apprentissage du jeu d’échecs, celui de la musique semble donc pouvoir être ajouté à une liste déjà longue de choses qui font du bien à notre corps et à notre cerveau.

i_lien This is Your Brain on Music
i_lien Finally…a brain area specialized for music has been found.
a_exp Distinct Cortical Pathways for Music and Speech Revealed by Hypothesis-Free Voxel Decomposition
i_lien Do you recommend music lessons for children?
i_lien Does Playing Music Boost Kids’ Empathy?
a_exp Long-term musical group interaction has a positive influence on empathy in children
a_exp More Music, More Empathy

Que d'émotions! | Pas de commentaires


Pour publier un commentaire (et nous éviter du SPAM), contactez-nous. Nous le transcrirons au bas de ce billet.