Après nous avoir appuyés pendant plus de dix ans, des resserrements budgétaires ont forcé l'INSMT à interrompre le financement du Cerveau à tous les niveaux le 31 mars 2013.

Malgré tous nos efforts (et malgré la reconnaissance de notre travail par les organismes approchés), nous ne sommes pas parvenus à trouver de nouvelles sources de financement. Nous nous voyons contraints de nous en remettre aux dons de nos lecteurs et lectrices pour continuer de mettre à jour et d'alimenter en contenu le blogue et le site.

Soyez assurés que nous faisons le maximum pour poursuivre notre mission de vulgarisation des neurosciences dans l'esprit premier d'internet, c'est-à-dire dans un souci de partage de l'information, gratuit et sans publicité.

En vous remerciant chaleureusement de votre soutien, qu'il soit moral ou monétaire,

Bruno Dubuc, Patrick Robert, Denis Paquet et Al Daigen






Lundi, 29 février 2016
Les bienfaits de l’apprentissage de la musique

Cherchant dans le dossier où j’accumule des liens le sujet d’aujourd’hui, j’en remarque trois récents qui portent sur la musique. Alors « en avant la musique » pour un autre billet sur la musique !

Le premier est une petite vidéo de 4 minutes sur le site Knowing Neurons où l’on décrit d’abord sommairement, et de façon très simplifiée, l’implication de différentes régions du cerveau dans l’écoute musicale. (Lire la suite…)

Que d'émotions! | Pas de commentaires


Lundi, 22 février 2016
Stimuler ou inactiver des régions cérébrales, d’hier à aujourd’hui

Si étudier l’Histoire peut, comme on le dit souvent, nous aider en tant que collectivité à ne pas répéter les erreurs du passé, étudier l’histoire des sciences peut de son côté nous aider à saisir à quel point la science est une entreprise collective qui avance en tenant compte elle aussi des erreurs mais également des bonnes intuitions des autres.

C’est un peu ce que je vais essayer de montrer mercredi soir prochain le 24 février lors d’une séance de l’UPop Montéral intitulée « Les intuitions de Laborit sur le cerveau » (tous les détails dans le premier lien ci-dessous). En partant de plusieurs contributions scientifiques importantes d’Henri Laborit, des antioxydants à l’inhibition de l’action, en passant par le Gamma-OH ou les cellules gliales, j’essaierai de montrer comment ces travaux de Laborit trouvent aujourd’hui un écho dans la recherche contemporaine en neurosciences.

Préparant ce cours depuis plusieurs jours, c’est avec cette démarche en tête que je suis tombé sur l’étude dont je vais vous parler aujourd’hui. (Lire la suite…)

Que d'émotions! | Pas de commentaires


Lundi, 15 février 2016
Des prédictions étonnantes basées sur la connectivité cérébrale

Préparant le cours sur la connectivité cérébrale que je dois donner demain à l’UTA de Boucherville, je découvre deux articles fort à propos.

Le premier, publié en octobre dernier dans la revue Nature Neuroscience par Emily S. Finn et ses collègues est intitulé « Functional connectome fingerprinting: identifying individuals using patterns of brain connectivity ». Comme le suggère ce titre, on a réussi à identifier des individus avec l’empreinte non pas de leur doigt, mais de leur cerveau ! (Lire la suite…)

L'émergence de la conscience | Pas de commentaires


Lundi, 8 février 2016
Trois événements sur Henri Laborit comme autant de prétextes pour faire de l’histoire des sciences

Appréhender la complexité du cerveau n’est pas facile. On a beau répéter que 85 milliards de neurones sont enchevêtrés avec autant de cellules gliales, qu’au sein de chacune de ces cellules il y a un réseau métabolique de milliers d’enzymes qui maintient la cellule en vie, qu’un neurone peut recevoir des connexions de milliers d’autres neurones, qu’à chaque milliseconde l’activité nerveuse fluctue de manière dynamique dans ces réseaux, rien n’y fait, c’est comme les distances astronomiques, cela nous échappe.

Malgré notre ignorance encore grande devant cette complexité, il est paradoxalement pas facile de saisir l’ampleur des connaissances actuelles sur le cerveau humain. (Lire la suite…)

Du simple au complexe, L'émergence de la conscience | 1 commentaire


Lundi, 1 février 2016
La contribution du claustrum au sentiment d’être soi

Avez-vous déjà entendu parler du claustrum ? Non ? Pourtant vous en avez deux. Deux claustra, si on fait l’accord latin correctement ! Comme toutes les structures cérébrales, on possède en effet en double (un dans l’hémisphère droit, l’autre dans le gauche) cette mince couche de neurones enfouie profondément dans la matière blanche sous le cortex insulaire, juste au-dessus des ganglions de la base.

Et si vous ne connaissez pas vos claustra, vous auriez peut-être intérêt à faire leur connaissance puisque selon plusieurs neuroscientifiques, dont Christof Koch, ce serait grâce à eux que vous avez une impression unifiée et consciente d’être vous-même… (Lire la suite…)

L'émergence de la conscience | Pas de commentaires